Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le chien arabe de Benoît SEVERAC

Publié le par Emma

Le chien arabe de Benoît SEVERAC

Quatrième de couverture :

"Vous devriez faire attention à vous, docteur Ollard. Vous pensez avoir tout compris à la condition des Maghrébines en France parce que vous avez rencontré une gamine et sympathisé avec elle ; mais nous, ça fait des années qu'on est au courant de ce qui se passe dans les cités, c'est notre métier. Nous savons qui fait quoi, et qui représente un réel danger. "

Sergine Ollard est vétérinaire à Toulouse. Une adolescente désemparée, Samia, lui demande d'examiner un chien souffrant d'un mal mystérieux que son frère aîné, Nourredine Ben Arfa, cache dans une cave. Dans ce quartier gangrené par le trafic de drogue et travaillé par l'islamisme radical, la jeune vétérinaire va se retrouver embarquée malgré elle dans un combat entre deux camps qui partagent la même culture de violence.

 

Mon ressenti :

Quartier des Izards à Toulouse, un quartier nord de la ville : Samia voit un jour son frère, dealer et chef de la cité ramener des chiens. Elle s'aperçoit qu'il y en a un qui a bien l'air mal en point, elle va donc les suivre et emmener le fameux chien chez le vétérinaire. Sergine Ollard est vétérinaire, elle reçoit un coup de téléphone d'une jeune fille lui demandant d'examiner un chien.Pourquoi y va t-elle ? Elle va se retrouver un soir, seule dans sa clinique après être aller le chercher à ses risques et périls.

Voilà un livre fort, violent, un sujet que l'on aimerait ne connaître que dans les livres mais qui nous ramène à bien des sujets d'actualité. Nous ne sommes plus chez des petits dealers, et si ils avaient envie de voir plus grand ?  En voyant plus grand, on se fait des ennemis. Guerre de quartiers, islamisme radical, pourquoi les Stups protège telle personne ? Pourquoi les policiers de quartier ne sont pas au courant de tout ? Nous suivons cette histoire d'un extrême réalisme, un sujet brûlant mais tellement d'actualité. Sergine se retrouve mêlée à une histoire, des codes et des règles qu'elle ne maîtrise pas du tout.

Sans aucun doute, nous ne sortons pas indemne d'une telle lecture, une réalité des banlieues, les règles mises en place par eux-mêmes, les manques de moyens des villes pour pouvoir gérer les problèmes, les dérapages qui peuvent en découler. Bref, hélas, c'est loin d'être une fiction.

 

Le chien arabe - Benoît SEVERAC - La Manufacture de livres 2016 - 284 pages.

 

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

Les gens dans l'enveloppe d'Isabelle MONNIN

Publié le par Emma

Les gens dans l'enveloppe d'Isabelle MONNIN

Quatrième de couverture :

En juin 2012, j'achète à un brocanteur sur internet un lot de 250 photographies d'une famille dont je ne sais rien. les photos m'arrivent dans une grosse enveloppe blanche quelques jours plus tard. Dans l'enveloppe il y des gens, à la banalité familière, bouleversante. Je décide de les inventer puis de partir à leur recherche. Un soir, je montre l'enveloppe à Alex. Il dit :" On pourrait aussi en faire des chansons, ce serait bien. " Les gens dans l'enveloppe, un roman, une enquête, des chansons.

Mon ressenti :

Isabelle Monnin achète un lot de photo sur internet, il lui vient l'idée d'écrire une histoire autour de ces personnes. Une fois l'histoire écrite, elle part à leur recherche.

Drôle d'idée, je suis passée par plusieurs étapes lors de ma lecture. Au début, je me suis demandée comment elle avait eu une telle idée, déjà j'ai appris qu'on pouvait acheter un lot de photos de famille. Rien que le concept d'acheter un lot de photos  de personnes que l'on ne connaît pas me dépasse.

Bref, j'ai lu avec plaisir cette histoire inventée, ça se lit facilement et vite car j'avais envie de lire la suite. Ces photos prennent vie sous la plume d'Isabelle Monnin, elle leur invente une vie : dans celle-ci, Laurence vit seule avec son père, sa mère est partie en Argentine avec un autre homme.

Une fois la fiction lue, on passe à la réalité, les recherches d'Isabelle afin de retrouver le village, les personnes, son ressenti, ses peurs. Elle finit par les retrouver et nous allons enfin connaître la vraie histoire, elle les rencontre petit à petit. Et là, ben j'ai pris conscience de sa démarche et elle a eu de la chance de tomber sur de telles personnes, car raconter sa vie à une inconnue me gêne un peu. Il me semble que ce qui m'a le plus gêné est de savoir que l'on peut acheter des photos de familles qui sont encore vivantes sur internet.

Le bilan est plutôt positif car c'est un livre qui m'intriguait, que j'avais envie de lire, c'est une histoire très originale,émouvante, de belles rencontres et une belle idée à la base. Une histoire qui se lit vite, je ne vous parle pas de la musique qui existe avec le livre car je ne l'ai pas écoutée.

 

Les gens dans l'enveloppe - Isabelle MONNIN  avec Alex BEAUPAIN - Lattès 2015 -  408 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Le dernier lapon d'Olivier TRUC

Publié le par Emma

Le dernier lapon d'Olivier TRUC

Quatrième de couverture :

Kautokeino, Laponie centrale, 10 janvier. Nuit polaire, froid glacial. Demain le soleil, disparu depuis 40 jours, va renaître. Demain entre 11h14 et 11h41, Klemet va redevenir un homme, avec une ombre. demain le centre culturel va exposer un tambour de chaman légué par un compagnon de Paul-Emile Victor.

Mais dans la nuit, le tambour est volé. Les soupçons iront des fondamentalistes protestants aux indépendantistes sami. La mort d'un éleveur de rennes n'arrange rien à l'affaire. La Laponie, si tranquille en apparence, va se révéler terre de conflits, de colères et de mystères.

Klemet, le Lapon, et sa jeune coéquipière Nina, enquêteurs de la police des rennes, se lancent dans une enquête déroutante. Mais à Kautokeino, on n'aime guère les vagues. Ils sont renvoyés à leur patrouillage en motoneige à travers la toundra, et à la pacification des éternelles querelles entre éleveurs de rennes.

Les mystères du 72è tambour vont les rattraper. Pourquoi en 1939 l'un des guides sami a-t-il confié à l'expédition française ce tambour, de quel message est-il porteur ? Que racontent les joïks traditionnels que chante le vieil oncle de Klemet ? Que vient faire en ville ce Français qui aime trop les très jeunes filles et qui a l'air de si bien connaître la géologie de la région ? A qui s'adresse les prières de la pieuse Berit ? Que cache la beauté sauvage d'Aslak, qui vie en marge du monde moderne avec sa femme à moitié folle ?

Mon ressenti :

Nous sommes en Laponie, et plus précisément à Kautokeino, un village sami au début du mois de janvier. Alors que le village a récupéré un tambour de chaman qu'il doit exposer, celui-ci est volé. En parallèle, un éleveur de rennes est retrouvé mort. Klemet et Nina vont s'atteler à l'enquête, ils font partie de la police des rennes. Nina n'est pas originaire du village elle vient d'arriver et fait équipe avec Klemet.

Il y a beaucoup de choses dans ce roman : les traditions de la Laponie et des éleveurs de rennes, les intérêts et développements actuels, la confrontation des deux ; les descriptions de la Laponie en plein hiver avec que quelques heures de soleil dans une journée, le dépaysement ; une enquête bien menée. Autant d'éléments qui en plus de l'enquête m'ont fait passer un excellent moment. Un livre qui traînait depuis bien longtemps sur ma PAL et je remercie Aifelle qui a parlé du deuxième et qui m'a donné des remords de l'avoir en sommeil depuis si longtemps. Je pense que je vais bientôt lire le prochain qui m'attend lui aussi.

 

Le dernier lapon - Olivier TRUC - Métailié 2012 - 453 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

Du bois pour les cercueils de Claude RAGON

Publié le par Emma

Du bois pour les cercueils de Claude RAGON

Quatrième de couverture :

Le commissaire Gradenne prend froid dans l'hiver du Jura. A la manière de Maigret, enquête "grippée", gendarmes trop "pressés" comme ce corps broyé par la machine...

Quelle idée aussi de confier à des officiers de marine à la retraite le renflouement d'une usine, dans ce "port de mer" sous la neige, au milieu des forêts !

Mon ressenti :

Un jeune lieutenant, Quentin Bruchet est là depuis trois mois, il n'a pas encore eu l'occasion d'aller sur le terrain. Le directeur de polybois a été retrouvé mort, la tête écrasée dans l'usine . La gendarmerie avait conclu à un accident mais le procureur a demandé à ce que soir relancée l'enquête. Quentin Bruchet va donc aller en compagnie du commissaire sur les lieux.

Quand on n'a pas lu depuis plusieurs semaines, il faut s'y remettre petit à petit, c'est pourquoi j'ai choisi ce livre. J'ai eu raison de le lire à ce moment car l'enquête est plutôt légère, le vocabulaire est simple, on ne se perd pas dans des descriptions sans fin. Une histoire agréable mais pas exceptionnelle, c'est sans doute ce genre de livres que l'on appelle des romans de gare, car il doit se lire facilement, en assez peu de temps et qui nous fait passer un moment agréable mais dont il ne reste pas grand chose quelques semaines plus tard.

Bref, un moment agréable quand on le choisi comme moi à un moment où il nous faut du simple et sans prise de tête.

 

Du bois pour les cercueils - Claude RAGON - Fayard 2010 - 358 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article

Repost 0

6h41 de Jean-Philippe BLONDEL

Publié le par Emma

6h41 de Jean-Philippe BLONDEL

Quatrième de couverture :

Le train de 6h41, départ Troyes, arrivée Paris. Bondé, comme tous les lundis matins. Cécile Duffaut, quarante-sept ans, revient d'un week-end épuisant chez ses parents. Elle a hâte de retrouver son mari, sa fille et sa situation de chef d'entreprise. La place à côté d'elle est libre. S'y assied, après une légère hésitation, Philippe Leduc. Cécile et lui ont été amants vingt-sept ans auparavant, pendant quelques mois. Cela s'est très mal passé. A leur insu, cette histoire avortée et désagréable a profondément modifié leurs chemins respectifs. Tandis que le train roule vers Paris et que le silence s'installe, les images remontent. Ils ont une heure et demie pour décider de ce qui les attend.

Mon ressenti :

Cécile est chef d'entreprise, elle prend le train. Philippe a connu Cécile il y a plusieurs années, ils ont même été ensemble, il prend le même train et il retrouve assis à côté d'elle.Ils vont se reconnaître sans rien se dire et chacun de leur côté, ils vont penser à ce moment où ils étaient ensemble. Ils vont remonter le fil petit à petit jusqu'au moment de se séparer.

C'est toujours un plaisir de lire un livre de Jean-Philippe Blondel, il a toujours l'art de raconter une histoire. Celle-ci ne dure qu'un trajet en train et nous avons la vision de deux, ils étaient jeunes, ce que cette histoire leur a apportée et ce qu'ils sont devenus.

Je passe toujours un bon moment avec les livres de Jean-Philippe Blondel, même si je m'aperçois que je ne m'en souviens pas longtemps. J'ai aimé suivre leurs pensées, leurs souvenirs, les conséquences  et les deux visions.

 

6h41 - Jean-Philippe BLONDEL - Buchet Chastel 2013 - 232 pages.

Publié dans Bien aimé

Partager cet article

Repost 0

Vagabond de Franck BOUYSSE

Publié le par Emma

Vagabond de Franck BOUYSSE

Quatrième de couverture :

L'homme est traqué.

L'homme joue du blues chaque soir dans un obscur bar de la rue des Martyrs. Lorsqu'il dérive vers son hôtel, au milieu de la nuit, il lui arrive de dialoguer avec des clochards et autres esprits égarés. Il lui arrive de s'effondrer sur les pavés des ruelles antiques et de s'endormir, ivre ou épuisé. Il lui arrive aussi de ne jouer sur scène que pour une femme qu'il  semble être le seul à voir.

Mais l'homme est traqué.

Pas par un tueur. Ni par un flic.

Quelque chose comme des ombres.

 

Mon ressenti :

Vagabond est un joueur de blues, on ne connaît pas son nom, il va de bar en bar avec sa guitare pour jouer cette musique si riche qui vous prend aux tripes, cette complainte magnifique. Notre héros joue le soir, il joue pour un public mais surtout pour une femme. Lorsqu'il a fini, il rentre, il dort dans un hôtel miteux ou dans la rue à côté des clochards.

Ne comptez pas sur moi pour vous raconter l'histoire, ce petit livre est à découvrir, déguster, la puissance des mots nous prend aux tripes, en peu de mots un concentré d'émotions surgissent, un roman noir condensé, on suit ce vagabond et une fois commencé j'ai été prise d'une espèce d'urgence afin de connaître la suite. On est bien loin des pages turner et pourtant l'effet est exactement le même, il nous faut absolument continuer, le souffle lent, un peu en apnée pour continuer à suivre ce joueur. Une atmosphère pesante, lourde, une urgence, les questions de cet homme, pour quoi, pour qui joue t-il ?

Une écriture ciselée, précise, un peu nerveuse qui provoque tant d'émotion, un petit livre à découvrir.

Mon cher et tendre l'a lu et a beaucoup aimé.

 

Vagabond de Franck BOUYSSE - La Manufacture de livres 2016 - 127 pages.

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

Meilleurs voeux !

Publié le par Emma

Je vous souhaite le meilleur pour l'année 2017 : joie, bonheur, amour, santé, de belles lectures etc....

 

Je commence l'année par ce tag que je viens de piquer à Philisine, tout le monde connaît le principe : répondre aux questions par des titres de livres lus en 2016.

 

Décris-toi.... A moi seul bien des personnages

Comment te sens-tu ? Sans pitié ni remords

Décris où tu vis actuellement... Plateau

Si tu pouvais aller où tu veux, où irais-tu ? Gaz in Marciac

Ton moyen de transport préféré ? : 6h41 (non chroniqué, ce sera pour ce mois-ci)

Toi et tes amis, vous êtes ? Dans la foule

Comment est le temps ? Noir dehors

Quel est ton moment préféré de la journée ? L'appel du coucou

Qu'est-ce que le vie pour toi ? Ouragan

Ta peur ? Au fer rouge

Quel est le conseil que tu as à donner ? Prenez soin du chien

La pensée du jour... A la mesure de nos silences

Comment aimerais-tu mourir ? Le jour des morts

Les conditions actuelles de ton âme... La mémoire des embruns

Ton rêve ? (Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire.

 

Pour faire un petit bilan, j'ai disposé de peu de temps cette année pour lire : 35 livres (dont 12 policiers), et j'ai pris moins de gros livres que les années précédentes.

Je continue à essayer de découvrir des auteurs : sur 35 livres , 18 sont des auteurs que j'ai lus pour la première fois.

Cette année, j'ai encore participé au Pavé de l'été chez Brize, j'ai fini la trilogie 1Q84 de Murakami en lisant les deux derniers dans l'année, je confirme que j'aime beaucoup les livres de Franck Bouysse avec 3 livres lus de lui cette année. J'ai encore fait de belles rencontres à Toulouse Polars du Sud, ma PAL a encore connu une ascension fulgurante, je dois être aux alentours des 200.

Pour cette nouvelle année, pas de résolutions en particulier, essayer de vous lire sur vos blogs plus fréquemment et ne pas me retrouver comme en ce moment avec environ 800 articles non lus ; essayer de lire Pascal Dessaint car mon cher et tendre en a beaucoup et il adore, et comme je n'en ai lu qu'un seul.....

Bref, je vais essayer car je n'en fais toujours qu'à ma tête :)

Encore une Excellente Année 2017 !

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0