Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1Q84 de Haruki MURAKAMI - livre 1

Publié le par Emma

 

1Q84.jpeg

 

 

 

Quatrième de couverture :

 

Le passé - tel qu' il était peut-être - fait surgir sur le miroir l'ombre d'un présent - différent de ce qu'il fût ?

 

Un événement éditorial sans précédent

 

Une oeuvre hypnotique et troublante

Un roman d'aventures

Une histoire d'amour

Deux êtres unis par un pacte secret

 

Dans le monde bien réel de 1984 et dans celui dangereusement séduisant de 1Q84 va se nouer le destin de Tengo et d'Aomamé...

 

 

Mon ressenti :

Un succès phénoménal pour ce livre, je le croise en médiathèque, aucune idée de l'histoire mais je me dis : "Pourquoi pas ?"

Nous suivons donc dans ce livre 1 deux histoires en parallèle, celle de Tengo puis celle d'Aomamé.

Tengo, jeune professeur de mathématiques,qui rêve d'écrire, qui s'entraîne car un éditeur lui a conseillé de travailler encore ses textes... Puis celle d'Aomamé, jeune femme du même âge que Tengo,un peu mystérieuse, tout aussi solitaire que lui...Les deux sont seuls mais ont beaucoup d'occupation.

J'ai été complètement envoutée par ce texte, un réel plaisir d'alterner entre ces deux personnages, un certain suspense car je n'avais aucune idée de comment allait évoluer cette histoire, je n'en écris pas trop car j'ai beaucoup aimé le fait de ne pas du tout savoir où j'allais...

Je les ai suivis pages après pages, je pensais avoir du mal à le lire et pas du tout, mais je n'en suis qu'au Livre 1, donc à voir comment cela va évoluer...

Je suis restée longtemps imprégnée de ces personnages, et à m'y replonger aujourd'hui, pour écrire cet article, je n'ai qu'une envie : de lire la suite.

 

 

 

1Q84 de Haruki MURAKAMI - Belfond  2011 - 534 pages

 

 


Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

Deux avis mitigés

Publié le par Emma

  Les séparées de Kéthévane DAVRICHEWY

 

Separees.jpg

 

Quatrième de couverture :

Quand s'ouvre le roman, le 10 mai 1981, Alice et Cécile ont seize ans. Trente ans plus tard, celles qui depuis l'enfance ne se quittaient plus se sont perdues.

Alice, installée dans un café, laisse vagabonder son esprit, tentant inlassablement, au fil des réflexions et des souvenirs, de comprendre la raison de cette rupture amicale, que réactivent d'autres chagrins. Plongée dans un semi coma, Cécile, elle écrit dans sa tête des lettres imaginaires à Alice.

Tissant en une double trame les décennies écoulées, les voix des deux jeunes femmes déroulent le fil de leur histoire. Depuis leur rencontre, elles ont tout partagé : leurs premiers émois amoureux, leurs familles, leur passion pour la littérature, la bande-son et les grands moments des "années Mitterrand ". Elles ont même rêvé à un avnir professionnel commun.

 

Mon ressenti :

J'étais très impatiente de lire ce livre, vu sur de nombreux blogs. Nous suivons donc les deux points de vue des personnages sur les années qu'elles ont partagées, tellement proches et complices. L'écriture est très agréable, cette histoire d'amitié tellement belle, longue et qui a pris fin.

Cependant, j'ai lu avec plaisir ce livre mais je n'ai pas été passionnée. Je pense connaître la raison de cette petite déception, j'ai perdu de vue une amie de longue date il y a quelques années, et je pensais (à tort) que ce livre allait me bouleverser et me rapprocher de cette histoire personnelle. Pendant toute ma lecture, évidemment j'y ai tout le temps pensé, de là à me perturber dans ma lecture, car évidemment ce n'est pas la même histoire.

Au final, il était peut-être un peu trop tôt pou moi pour lire ce livre.

 

 

 

Sauf les fleurs de Nicolas CLEMENT

 

 

Sauf-les-fleurs.jpg

 

 

Quatrième de couverture :

Marthe vit à la ferme avec ses parents et son frère Léonce. Le  père est mutique et violent, mais l'amour de la mère, l'enfance de Léonce et la chaleur des bêtes font tout le bonheur de vivre. A seize ans, elle rencontre Florent et découvre que les corps peuvent être aussi doux. Deux ans plus tard, le drame survient. Les fleurs sont piétinées, mais la catstrophe laisse intacts l'amour du petit frère et celui des mots.

 

Mon ressenti :

Petit livre qui a eu beaucoup de succès, l'écriture est très belle, poétique, c'est tout en délicatesse, des petites touches, même si ce qui s'y passe n'est pas tout rose.

Pourtant, je suis restée un peu au bord de la route, je ne comprends pas pourquoi, je l'ai lu avec plaisir mais sans plus. Il ne restera pas gravé longtemps dans ma mémoire.

Publié dans Moyennement aimé

Partager cet article

Repost 0

Kaïken de Jean-Christophe GRANGE

Publié le par Emma

kaiken.jpg

 

 

Quatrième de couverture :

Quand le Soleil levant devient un Soleil Noir,

Quand le passé dvint aussi tranchant qu'une lame nue,

Quand le Japon n'est plus un souvenir mais un cauchemar,

Alors, l'heure du kaïken a sonné.

 

Mon ressenti :

Le personnage Passan essaie de "coincer" le meurtrier qu'ils appellent L'accoucheur qui tue des femmes enceintes de plusieurs mois. Passan marié et père de 2 enfants, passionné par le Japon, ses traditions, son épouse est d'ailleurs issue de cette culture qu'il affectionnne tant.

Le roman alterne donc entre cette recherche de ce meurtrier et cette culture japonaise.

Ce livre n'a pas fait l'unanimité, pourtant j'aime toujours autant lire un Grangé, je les lis au fur et à mesure depuis le début et je passe toujours un bon moment. Celui-ci reste plus axé sur le côté psychologique, moins de sang, mais le thème est quand même dur, tuer des femmes enceintes...

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé, je ne me suis pas sentie mal à l'aise avec cette lecture comme avec celle d'Alex de Lemaître.

Moment agréable, je crois être plutôt bon public car je n'essaie pas de trouver ce qui n'est peut être pas cohérent...

Je me suis d'ailleurs aperçue que je n'avais pas lu le précédent, Le passager, donc certainement un de ces jours !


 

Kaïken de Jean-Christophe GRANGE - Albin Michel 2012 - 472 pages.


Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0