Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Inconnu à cette adresse de Kressmann TAYLOR

Publié le par Emma

Inconnu à cette adresse de Kressmann TAYLOR

Quatrième de couverture :

1er août 1933. " Tu es un libéral, Martin. Tu vois les choses à long terme. Je sais que tu ne peux pas te laisser entraîner dans cette folie par un mouvement populaire qui, aussi fort soit-il, est foncièrement meurtrier."

18 août 1933. "Tu dis que nous persécutons les libéraux, Max, que nous brûlons les livres. Tu devrais te réveiller : est-ce que le chirurgien qui enlève un cancer fait preuve de ce sentimentalisme niais ? Il taille dans le vif, sans états d'âme. Oui, nous sommes cruels. La naissance est un acte brutal ; notre re-naissance l'est aussi. "

1932. Martin Schulse, un Allemand, et Max Eisenstein, un Juif américain, sont marchands de tableaux en Californie. Ils sont aussi unis par des liens plus qu'affectueux - fraternels. Le premier décide de rentrer en Allemagne. C'est leur correspondance fictive entre 1932 et 1934 qui constitue ce petit livre inédit en France, écrit par une Américaine en 1938, et salué à l'époque aux Etats-Unis, comme un chef-d'oeuvre.

 

Mon ressenti :

Max et Martin sont marchands de tableaux aux Etats-Unis, ils sont amis. Martin, l'allemand va retourner en Allemagne en 1932 et commence alors une correspondance entre eux.

Lire une nouvelle est toujours délicat pour moi, même si j'ai appris à les aimer, quelquefois je les trouve sans consistance, inabouties, car j'aime les pavés, être imprégnée des personnages, des lieux, les suivre sur de nombreux jours en ayant hâte d'y retourner.

Ceci dit, nous avons dans cette correspondance qui se lit d'une traite l'effet complètement inverse. Pas besoin avec cette nouvelle de long discours, j'ai pris une véritable claque, tout est dit en peu de pages, 17 lettres qui nous tiennent en haleine, qui vont évoluer.

Quel effet la montée du nazisme va avoir sur eux ?

Deux personnes à un moment précis de l'Histoire, quels sont leurs points de vue ?  Leur vision de l'avenir ? Leurs échanges ?

Une nouvelle dans laquelle il y a tout, comme j'aimerais en lire plus souvent, qui restera très longtemps en mémoire, c'est court, incisif, précis...etc

Ma réaction après cette lecture a été de dire à mon cher et tendre qu'il fallait absolument qu'il la lise, tellement je suis restée scotchée. Bref, je n'ai pas les mots pour vous la conseiller si vous ne l'avez pas encore lue.

 

Inconnu à cette adresse - Kressmann TAYLOR - Editions Autrement 1999 - 60 pages.

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

Jusqu'à ce que la mort nous sépare de Lisa GARDNER

Publié le par Emma

Jusqu'à ce que la mort nous sépare de Lisa GARDNER

Quatrième de couverture :

Tess croyait avoir trouvé le mari idéal en la personne de Jim Beckett, un policier jouissant d'une excellente réputation dans la petite ville de Williamstown, Massachussets.

Mais après plusieurs années de mariage, Tess découvre le monstre qu'est en fait son époux. A-t-elle d'autre choix que de le dénoncer ?

En attendant son jugement, Jim est placé dans un quartier de haute sécurité, dont il parvient à s'évader...

Il n'a dès lors qu'une idée, fixe : retrouver celle qui l'a trahi. Et lui rappeler qu'ils sont unis pour la vie, que seule la mort pourra jamais les séparer...

 

Mon ressenti :

Tess est mariée et a un enfant, mais un jour elle va découvrir le monstre, ce dernier est son mari et elle  va décider de porter plainte. Elle est protégée mais cela ne va pas suffire, elle va donc employer de plus grands moyens et va être entrainée par J.T., ancien mercenaire et marine, elle va s'installer chez lui le temps d'apprendre.

Une lecture pour moi en demi-teinte, ça se lit, il y a de l'action, du suspense, on suit cette femme traquée par son mari. J'ai passé un bon moment sans que cela soit exceptionnel, je n'y ai cru que moyennement, j'ai trouvé que les ficelles étaient un peu grosses, mais au final c'est comme quand on regarde et qu'on se laisse prendre par une bonne grosse production américaine. On se prend à la lecture mais voilà un petit moment maintenant que je l'ai lu et il ne m'en reste pas grand chose.

 

Jusqu'à ce que la mort nous sépare - Lisa GARDNER - L'Archipel 1998 - 371 pages.

 

 

Publié dans Moyennement aimé

Partager cet article

Repost 0

La fille du train de Paula HAWKINS

Publié le par Emma

La fille du train de Paula HAWKINS

Quatrième de couverture :

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : à 8h04 le matin, à 17h56 le soir. Et chaque jour elle observe, lors d'un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait. Heureux comme Rachel et son mari l'ont pu l'être par le passé, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne la quitte. Jusqu'au matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison ? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d'en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d'un visage désormais familier à la Une des journaux : Jess a mystérieusement disparu...

 

Mon ressenti :

Un livre qu'on a beaucoup vu sur les blogs avec des avis bien différents, j'ai eu envie de le lire puis moins, je suis passée par plusieurs stades, suite à l'avis de Sylire, je me suis dit qu'il pourrait bien me plaire.

Rachel prend le train tous les jours et s'invente une histoire avec les deux habitants d'une maison en particulier, elle connaît tout de cette maison, elle imagine une belle histoire d'amour entre les deux, ils sont un modèle pour elle, elle invente une profession, en gros, ils sont très amoureux, très heureux, parfaits. Jusqu'au jour où Jess, cette femme disparaît. Elle commence vraiment à essayer de reconstituer ce qu'il a pu se passer d'autant plus qu'elle avait vu peu de temps avant un autre homme avec Jess. Le problème est que Rachel a des trous de mémoire, quand elle boit elle ne se souvient de rien, elle essaie de combler ces trous.

J'ai été complètement happée par cette histoire, nous commençons par les trajets en train, ce qu'elle voit, ce qu'elle s'imagine. Puis nous avons le point de vue d'une autre femme, puis une autre qui est la remplaçante de Rachel et qui habite la même rue. Trois point de vue de femme qui nous raconte une histoire.

Le côté psychologique m'a beaucoup intéressée, Rachel qui habitait cette rue et qui était heureuse, qui boit beaucoup et qui a tout perdu. C'est à la fois addictif et terrifiant, on peut tout à fait s'identifier à ces femmes. Rachel qui est dépressive, alcoolique, il lui manque donc des pièces pour reconstituer ce qu'il s'est passé. Elle essaie donc d'aider la police pour retrouver cette femme disparue, mais comment être prise au sérieux lorsqu'on est dépressive et qu'on ne se souvient pas des choses.

J'ai tout de suite été accrochée par le début, l'écriture, et il m'a  tenu en haleine de bout en bout, en effet, difficile de la lâcher, ce qui tombait bien car j'avais du temps devant moi.

 

La fille du train - Paula HAWKINS - Sonatine 2015 - 453 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0