Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'homme qui a vu l'homme de Marin LEDUN

Publié le par Emma

 

Quatrième de couverture :

Pays basque nord, janvier 2009. La tempête Klaus vient de s'abattre sur la façade atlantique. Les rumeurs autour de la disparition d'un militant basque, Jokin Sasco, enflent. Iban Urtiz, reporter comprend que cette affaire n'est pas un cas isolé. La jeune Eztia, soeur du disparu, lui ouvre les portes d'un monde de mensonges et de trahisons où enlèvements, tortures et séquestrations sont devenus les armes de l'ombre. Tandis que deux tueurs tentent d'étouffer la vérité, la vie d'Iban bascule dans une guerre sans pitié qui ne dit pas son nom.

 

Mon ressenti :

J'ai lu pour la première fois cet auteur avec Dans le ventre des mères il y a quelques mois, j'avais beaucoup aimé, c'est pourquoi je voulais continuer à le découvrir.

On change complètement de décor et nous voici propulsé en 2009 au Pays basque.

Jokin Sasco, militant basque disparaît. Une conférence de presse est donnée et le jeune reporter Iban Urtiz se met à faire des recherches. Il va croiser la route d'un autre journaliste, Marko Elizabe qui lui connaît très bien le milieu.

Nous assistons à une partie de cache-cache gigantesque, en effet, le jeune reporter va croiser beaucoup de monde, ses recherches ne sont pas bien vues, les pistes se brouillent. Nous avons à faire aux silences, celui des familles, celui des membres de l'ETA, celui des politiques.... Nous retenons notre respiration, et nous découvrons les détails d'une histoire au fil des révélations des journalistes. Jusqu'à la révélation...

C'est la première fois que je lis un thriller politique au Pays basque, j'ai beaucoup aimé, j'avais peur de " m'emmêler les pinceaux " dans les différents protagonistes ne connaissant pas grand chose à ce milieu, et pas du tout, c'est bien mené, très intéressant, l'écriture est très précise, presque sèche.

Sans aucun doute, pour moi un excellent moment de lecture.

 

L'homme qui a vu l'homme de Marin LEDUN - Ombres Noires 2014 -  463 pages.

L'homme qui a vu l'homme de Marin LEDUN

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

La lettre à Helga de Bergsveinn BIRGISSON

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

" Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer l plus clair de l'été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrimur et toi." Ainsi commence la réponse -combien tardive- de Bjarni Gislason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu'il aima, aussi brièvement qu'ardemment, d'un amour impossible.

Et c'est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires, et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l'âpre exiistence qui fut la sienne tout au long d'un monologue saisissant de vigueur. Car Bjarni est un homme simple, taillé dans la lave, pétri de poésie et d'attention émerveillée à la nature sauvage.

Mon ressenti :

Voilà, enfin j'ai lu ce livre qui a été sur tous les blogs, encensé ou détesté.

J'ai l'impression d'avoir lu que des personnes qui avaient un gros coup de coeur ou qui avait détesté. Je suis un peu mitigée sur mon avis, pour ma part ça n'a été ni l'un ni l'autre.

L'écriture est très agréable, ça se lit plutôt bien, il y a des passages qui m'ont fait rire, on peut écrire qu'il a l'art de la formule. C'est une belle histoire d'amour, il y a de beaux passages sur la nature, nous ressentons qu'il connaît le milieu.

Cependant, je n'ai pas eu de coup de coeur car il m'a un peu agacé, ce retour en arrière, cette réponse tardive à sa lettre, cette manière de passer un peu à côté de sa vie.

Bref, je l'ai lu, ne regrette pas mais le sujet m'a un peu déçu.

 

La lettre à Helga de Bergsveinn BIRGISSON  - Zulma - 131 pages

La lettre à Helga de Bergsveinn BIRGISSON

Publié dans Bien aimé

Partager cet article

Repost 0

Elle s'appelait Sarah de Tatiana DE ROSNAY

Publié le par Emma

Quatrième de couverture :

Paris. 2002. Julia Jarmond, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél d'Hiv. Découvrant avec horreur le calvaire de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s'attache en particulier au destin de Sarah et mène l'enquête jusqu'au bout, au péril de ce qu'elle a de plus cher.

Paris. 16 juillet 1942. A l'aube, la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande soeur l'enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là.

 

Mon ressenti :

Voilà bien longtemps que je voulais lire ce livre, j'ai lu quelques livres de cette auteure, j'y ai toujours trouvé un suspense, de véritables page turner, mais déçue par la fin. Je n'aime pas trop les fins ouvertes, une impression de fin bâclée. Je m'étais donc dit que je lirai celui-ci et surement ensuite j'arrête.

Le récit alterne donc entre les années 42 et 2002. En 42, Sarah connait donc le Vél d'Hiv alors qu'elle est enfant avec ses parents. Son petit frère reste dans la maison qu'ils occupent à ce moment.

Puis, nous sommes en 2002, et Julia, journaliste doit faire un papier sur la commémoration de cet épisode douloureux. Elle va beaucoup enquêter et s'investir dans l'histoire de Sarah.

Je n'ai pas été du tout déçue par ce livre, je l'ai lu très vite, totalement prise das ces deux histoires. Nous vivons un véritable cauchemar avec Sarah, en même temps Julia va faire le lien entre ces deux histoires.

Un beau livre qui nous remet en mémoire un épisode douloureux de l'Histoire, le personnage de Julia plus actuel allège un peu le tout.

Je pense être une des seules à me plonger aussi tard dans cette magnifique histoire.

 

Elle s'appelait Sarah de Tatiana DE ROSNAY - Héloïse D'ORMESSON - 357 pages

Elle s'appelait Sarah de Tatiana DE ROSNAY

Partager cet article

Repost 0