Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

57 articles avec que je n'oublierai pas

Des hommes de Laurent MAUVIGNIER

Publié le par Emma

Des hommes de Laurent MAUVIGNIER

Quatrième de couverture :

Ils ont été appelés en Algérie au moment des "événements", en 1960. Deux ans plus tard, Bernard, Rabut, Février et d'autres sont rentrés en France. Ils se sont tus, ils ont vécu leurs vies.
Mais parfois, il suffit de presque rien, d'une journée d'anniversaire en hiver, d'un cadeau qui tient dans la poche, pour que, quarante ans après, le passé fasse irruption dans la vie de ceux qui ont cru pouvoir le nier.

Mon ressenti :

Après La foule, il me fallait lire autre chose de l'auteur, voilà chose faite.
Voilà quarante ans que Bernard et les autres sont allés à la guerre, ils ont fait la guerre d'Algérie. Ils ont continué leur vie depuis, d'ailleurs le début du livre ne nous parle pas de la guerre mais d'une soirée d'anniversaire. C'est lors de l'anniversaire de Solange que Bernard appelé Feu-de-Bois, son frère aîné alors marginal, alcoolique, clochard va offrir un cadeau et va partir en colère suite aux réactions des autres. Tout ceci va replonger ces hommes quarante ans en arrière, un événement minime et anodin  qui aurait du être une fête va les replonger dans ces années, ils n'ont rien oublié de ce qu'ils ont vécu.

On y vient tout doucement, et ici l'auteur ne nous raconte pas la guerre, ce n'est pas un livre de guerre mais bien un livre sur ces hommes. De leur départ, de leur vie là-bas, de ce qu'ils ont ressenti, vu, vécu, des conséquences sur ces êtres.
Un livre pas évident, on ressent les émotions, les horreurs. Pour moi, Laurent Mauvignier a l'art de faire ressentir, de trouver les mots toujours justes, précis. Comme pour La foule, je reste sans voix devant tant d'exactitude, de justesse dans les propos, on ne le lit pas, on le vit.
A découvrir sans aucuns doutes.

 

Des hommes - Laurent MAUVIGNIER - Les éditions de Minuit 2011 - 283 pages.

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

En attendant Bojangles d'Olivier BOURDEAUT

Publié le par Emma

En attendant Bojangles d'Olivier BOURDEAUT

Quatrième de couverture :

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur "Mr. Bojangles" de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c'est la mère, feu-follet imprévisible et extravagant. C'est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Melle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l'appartement. C'est elle qui n'a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. et père et fils feront tout pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.
L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.

 

Mon ressenti :

Après tout le monde comme souvent je découvre ce roman qui a connu sur les blogs un grand succès.
Un petit garçon nous raconte la vie de ses parents, ils rendent celle-ci joyeuse, aucune routine mais un brin de folie pour qu'elle soit belle et surprenante. Ils aiment danser, recevoir des amis, profiter et s'amuser. Je ne dévoilerai rien de plus sur cette histoire car j'ai beaucoup aimé tout découvrir au fur et à mesure.
Une belle histoire d'amour : c'est tour à tour surprenant, drôle, triste, loufoque, plein de poésie, d'amour. Ils ont des rêves et font tout pour les réaliser, certaines choses sont à leur yeux beaucoup plus importantes que les obligations du quotidien.
Un premier roman éblouissant, plein de génie, pleins de rêves et paillettes sans être niais, j'ai vraiment eu du mal à le lâcher et j'ai été portée par "Mr Bojangles".
A découvrir si ce n'est pas encore fait !

 

En attendant Bojangles - Olivier BOURDEAUT - Finitude 2015 - 159 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

D'après une histoire vraie de Delphine DE VIGAN

Publié le par Emma

D'après une histoire vraie de Delphine DE VIGAN

Quatrième de couverture :

" Tu sais parfois, je me demande s'il n'y a pas quelqu'un qui prend possession de toi. "

 

Mon ressenti :

L'angoisse de la page blanche, Delphine De Vigan se pose des questions, se demande ce qu'elle va bien pouvoir écrire après l'énorme succès de Rien ne s'oppose à la nuit. En effet, ce dernier a été beaucoup vendu, il a connu un énorme succès, beaucoup de séances de signatures, beaucoup de gens se sont déplacés. Après toutes ces rencontres, elle se sent lasse, elle est fatiguée, elle a du mal à gérer cette soudaine notoriété. En parallèle, elle va commencer à  recevoir des lettres anonymes d'une personne qui se sent trahie, bafouée par ce dernier livre. Dans cette ambiance elle va rencontrer L., qui va devenir amie avec elle, proche, très proche, trop proche...
Difficile de savoir ce qui est vrai, ou romancé dans ce livre. Un thriller psychologique qui se lit tout seul, qui oscille entre le réel et l'imagination. Une amie qui après avoir fait tout pour l'aider, va devenir très vite essentielle mais aussi et surtout intrusive. Jusqu'où  va t-elle être capable d'aller ? Quelles vont être les conséquences ? Je l'ai lu comme un suspense, ça se met en place petit à petit, on a envie d'en savoir plus, on suit sa vie avec ces retours en arrière afin de bien comprendre dans quelles conditions elle a connu cette personne. C'est très bien mené, passionnant, ça fait peur, on se demande si on pourrait un jour croiser une telle personne. Evidemment, je me suis bien identifiée au personnage.
Je n'ai par contre pas du tout essayé de savoir ce qui était vrai ou faux dans cette histoire.
Un livre lu en à peine deux jours tellement je l'ai aimé.

 

D'après une histoire vraie - Delphine De Vigan - Editions J.C. Lattès 2015 - 479 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

W3 Le mal par le mal - Jérôme CAMUT et Nathalie HUG

Publié le par Emma

W3 Le mal par le mal - Jérôme CAMUT et Nathalie HUG

Quatrième de couverture :

Sous le choc de la découverte du responsable de sa séquestration, la journaliste Lara Mendès décide de se reconstruire loin du site d'info W3 fondé avec ses proches pour dénoncer les dysfonctionnements de la justice. Pendant que Léon Castel, porte-parole du site, poursuit ses actions coup de poing, une vague de meurtres violents cible des officiers de police partout en France. Alors que tout semble mis en oeuvre pour étouffer l'affaire, la Web TV est convaincue de tenir sa nouvelle bombe médiatique. Fragilisée par des tensions internes et de fortes pressions extérieures, l'équipe de W3 se retrouve bientôt plongée en plein chaos.

Mon ressenti :

Après avoir lu le premier, il me fallait absolument lire la suite, en effet, je n'avais que le premier sur ma PAL mais assez vite en cours de lecture, il me fallait le deuxième que j'ai presque enchaîné avec le précédent.

Sans dévoiler ce qui se passe dans le premier, nos avions terminé sur la création d'une web tv, un site d'information appelé W3 qui dénoncent les dysfonctionnements, les affaires non résolues ou cachées de la justice.
Il va donc falloir alimenter et trouver de nouveaux sujets pour la chaîne, ils ne manquent pas d'autant plus que le journaliste Lara Mendès décide de se reconstruire et de se mettre au vert afin de digérer ce qui s'est passé. Mais lorsqu'on est journaliste, peut-on se passer de tout cela et changer de vie ?
A côté de cela, des policiers meurent, suicides, accidents partout en France. Mais est ce que l'on ne nous cache pas des choses ? W3 va mener l'enquête à ses risques et périls.

Encore une fois, une suite encore plus longue, plus dense, de nouveaux éléments, une nouvelle enquête mais maintenant  qu'ils ont lancé la chaîne, ils sont  la cible de beaucoup de personnes. Suspense, action, chapitres courts qui donnent du rythme et apporte un nouvel angle de vue sur les affaires. Les personnages du premier continue d'évoluer, de nouveaux font leur apparition et certains chapitres nous amènent il y a quelques années en arrière afin d'avoir une explication ou un éclairage.

Un deuxième tome aussi passionnant que le premier, qui passe à d'autres thèmes et que j'ai lu en 4 jours (bon il faut préciser qu'il faisait très chaud et qu'il était difficile de bien dormir.).
Il me permet de participer au pavé de l'été chez Brize. Pour ce qui est du troisième, je ne l'ai pas encore mais je vais attendre un peu avant de le lire même si le deuxième s'est terminé par un gros événement afin de maintenir le suspense.
 

W3 Le mal par le mal - Jérôme CAMUT Nathalie HUG - Editions SW Télémaque 2014 - 1016 pages.

W3 Le mal par le mal - Jérôme CAMUT et Nathalie HUG

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

W3 - Le sourire des pendus - Jérôme CAMUT et Nathalie HUG

Publié le par Emma

W3 - Le sourire des pendus - Jérôme CAMUT et Nathalie HUG

Quatrième de couverture :

Lara Mendès, jeune chroniqueuse télé, enquête sur le marché du sexe et ses déviances. Elle disparaît sur un parking d'autoroute...
Désemparés par la lenteur de l'enquête, ses proches reçoivent le soutien de Léon Castel, fondateur d'une association de victimes. Sa fille Sookie, policière hors-norme, a enquêté sur une triple pendaison qui semble liée à cette affaire. Qui a enlevé Lara ? Pourquoi ? Où sont passés ces enfants et ces jeunes femmes dont les portraits s'affichent depuis des mois, parfois des années, sur les murs des gares et des commissariats ? Réseaux criminels ou tueurs isolés ? Partout, le destin d'innocents est broyé sans pitié. Ils auront bientôt une voix : W3.

 

Mon ressenti :

Après avoir été convaincue par Prédation, et après avoir lu des bons échos sur W3, me voilà lancée. C'est le premier  tome d'une trilogie.
Deux histoires : celle de Lara, elle travaille pour la télévision, elle mène une enquête sur le milieu du sexe. Elle disparaît  une nuit sur un parking d'autoroute : que lui est-il arrivé ? S'est-elle enfui à l'étranger ?
Celle de Sookie, lieutenant de police, qui suite à une surveillance de nuit va heurter un chien sur la route du retour. Après avoir appelé les propriétaires sans les avoir en ligne, elle va se déplacer jusqu'à leur domicile et va se trouver face à trois pendus. Elle ne croit pas une seconde à la thèse du suicide en famille.
On est tout de suite dans l'histoire, de l'action, des chapitres assez courts qui alternent et donnent du rythme. Tous les personnages vont petit à petit faire leur apparition, ils sont crédibles, attachants, et c'est surtout Valentin, le jeune frère de Lara qui prendre le devant de la scène.
Une histoire très dense, très noire, très rapide car le livre se passe sur quelques jours, du 16 juin au 23 juillet. Les thèmes abordés sont difficiles et glauques : le monde du sexe et ses déviances, la prostitution, le viol, la presse et surtout une certaine presse qui s'acharne à trouver du sensationnel.

Bref, un livre que j'ai lu sur quelques jours, un livre idéal pour un pavé car complètement addictif et pour l'été car ça se lit très bien pour ceux qui aime le genre. Troisième participation au pavé de l'été chez Brize.

 

W3 Le sourire des pendus - Jérôme CAMUT Nathalie HUG - Editions SW Télémaque 2013 - 884 pages.

W3 - Le sourire des pendus - Jérôme CAMUT et Nathalie HUG

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

Nos âmes la nuit de Kent HARUF

Publié le par Emma

Nos âmes la nuit de Kent HARUF

Quatrième de couverture :

Addie, soixante-quinze ans, veuve depuis des décennies, fait une étrange demande à son voisin, Louis : voudrait-il bien passer de temps à autre la nuit avec elle, simplement pour se parler, se tenir compagnie ? La solitude est parfois si dure... Bientôt, bravant les cancans de la petite ville de Holt où ils vivent depuis toujours, Addie et Louis se retrouvent presque chaque soir.

 

Mon ressenti :

Un livre que j'ai beaucoup vu sur les blogs, un livre vers lequel je ne me serai pas penchée de moi-même.

Addie vit seule maintenant, à 75 ans, elle va, un jour,  sonner chez son voisin pour lui faire une demande un peu spéciale : serait-il d'accord de venir quelquefois dormir chez elle, ben oui lorsqu'on est seul, ce sont les nuits les plus longues et les plus difficiles. Une drôle de proposition que va accepter Louis.

Il va alors venir, le soir après dîner, ils vont boire un verre avant d'aller se coucher pour parler avant de s'endormir, ils vont alors se raconter leur vie, ils ont eu beau habiter dans la même rue, ils ne se fréquentaient pas pour autant. Ils vont se raconter, parler de tout et de rien sur l'oreiller, s'apprivoiser. Ils vont passer de plus en plus de temps ensemble, mais les gens commencent à parler...

J'ai beaucoup aimé cette histoire, ces deux êtres esseulés qui vont se raconter leur vie qui n'a pas toujours été facile, partager des moments mais aussi transmettre par le biais du petit-fils d'Addie. Des bons moments partagés, des moments simples d'une vie. Une belle histoire de personnes, qui nous montre qu'il n'y a pas d'âge pour s'aimer, même si ils arrivent à passer au-dessus du "qu'en dira-t-on", ce n'est pas le cas de leur entourage.

Je ne l'avais jamais lu, je ne le connaissais même pas de nom, il va falloir que j'en découvre au moins un autre de l'auteur.  Une belle histoire que je suis ravie d'avoir découvert grâce aux blogs, les avis de Jérôme et Keisha.

 

Nos âmes la nuit - Kent HARUF - Robert Laffont 2016 - 168 pages.

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

Inconnu à cette adresse de Kressmann TAYLOR

Publié le par Emma

Inconnu à cette adresse de Kressmann TAYLOR

Quatrième de couverture :

1er août 1933. " Tu es un libéral, Martin. Tu vois les choses à long terme. Je sais que tu ne peux pas te laisser entraîner dans cette folie par un mouvement populaire qui, aussi fort soit-il, est foncièrement meurtrier."

18 août 1933. "Tu dis que nous persécutons les libéraux, Max, que nous brûlons les livres. Tu devrais te réveiller : est-ce que le chirurgien qui enlève un cancer fait preuve de ce sentimentalisme niais ? Il taille dans le vif, sans états d'âme. Oui, nous sommes cruels. La naissance est un acte brutal ; notre re-naissance l'est aussi. "

1932. Martin Schulse, un Allemand, et Max Eisenstein, un Juif américain, sont marchands de tableaux en Californie. Ils sont aussi unis par des liens plus qu'affectueux - fraternels. Le premier décide de rentrer en Allemagne. C'est leur correspondance fictive entre 1932 et 1934 qui constitue ce petit livre inédit en France, écrit par une Américaine en 1938, et salué à l'époque aux Etats-Unis, comme un chef-d'oeuvre.

 

Mon ressenti :

Max et Martin sont marchands de tableaux aux Etats-Unis, ils sont amis. Martin, l'allemand va retourner en Allemagne en 1932 et commence alors une correspondance entre eux.

Lire une nouvelle est toujours délicat pour moi, même si j'ai appris à les aimer, quelquefois je les trouve sans consistance, inabouties, car j'aime les pavés, être imprégnée des personnages, des lieux, les suivre sur de nombreux jours en ayant hâte d'y retourner.

Ceci dit, nous avons dans cette correspondance qui se lit d'une traite l'effet complètement inverse. Pas besoin avec cette nouvelle de long discours, j'ai pris une véritable claque, tout est dit en peu de pages, 17 lettres qui nous tiennent en haleine, qui vont évoluer.

Quel effet la montée du nazisme va avoir sur eux ?

Deux personnes à un moment précis de l'Histoire, quels sont leurs points de vue ?  Leur vision de l'avenir ? Leurs échanges ?

Une nouvelle dans laquelle il y a tout, comme j'aimerais en lire plus souvent, qui restera très longtemps en mémoire, c'est court, incisif, précis...etc

Ma réaction après cette lecture a été de dire à mon cher et tendre qu'il fallait absolument qu'il la lise, tellement je suis restée scotchée. Bref, je n'ai pas les mots pour vous la conseiller si vous ne l'avez pas encore lue.

 

Inconnu à cette adresse - Kressmann TAYLOR - Editions Autrement 1999 - 60 pages.

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

Profession du père de Sorj CHALANDON

Publié le par Emma

Profession du père de Sorj CHALANDON

Quatrième de couverture :

"Mon père disait qu'il avait été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d'une église pentecôtiste américaine et conseiller du général de Gaulle jusqu'en 1958. Un jour, il m'a dit que le Général l'avait trahi.

Son meilleur ami était devenu son pire ennemi.

Alors mon père m'a annoncé qu'il allait  tuer de Gaulle. Et il m'a demandé de l'aider. Je n'avais pas le choix.

C'était un ordre.

J'étais fier.

Mais j'avais peur aussi...

A 13 ans, c'est drôlement lourd un pistolet."

S. Ch.

 

Mon ressenti :

En 1961, Emile a douze ans. Il vit avec son père et sa mère. Avoir un père lorsqu'on a douze ans qui dit avoir exercé plusieurs métiers pourrait plutôt faire rêver un petit garçon, il lui raconte des anecdotes sur ses métiers. Mais lorsque ce père violent, paranoïaque et mythomane le mêle à la politique, cela devient très gênant. Se servir de son fils pour remettre des lettres de menace dans une boîte aux lettres, le frapper, le priver de repas etc...La mère est passive, effacée et du coup certainement consentante de cette violence infligée.

J'ai aimé jusqu'à présent tout ce que j'ai lu de l'auteur, celui-ci bien évidemment confirme ce que je pensais. Nous suivons Emile et nous demandons bien jusqu'où cela va aller, cette candeur de l'enfant qui est persuadé du bien fondé des dires de son père. Les conséquences aussi une fois adulte. Sorj Chalandon nous raconte ce petit garçon avec pudeur, son évolution, ses désillusions et les conséquences une fois adulte. Un livre fort, poignant, triste mais tellement bien écrit.

 

Profession du père - Sorj CHALANDON - Grasset 2015- 282 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

Le chien arabe de Benoît SEVERAC

Publié le par Emma

Le chien arabe de Benoît SEVERAC

Quatrième de couverture :

"Vous devriez faire attention à vous, docteur Ollard. Vous pensez avoir tout compris à la condition des Maghrébines en France parce que vous avez rencontré une gamine et sympathisé avec elle ; mais nous, ça fait des années qu'on est au courant de ce qui se passe dans les cités, c'est notre métier. Nous savons qui fait quoi, et qui représente un réel danger. "

Sergine Ollard est vétérinaire à Toulouse. Une adolescente désemparée, Samia, lui demande d'examiner un chien souffrant d'un mal mystérieux que son frère aîné, Nourredine Ben Arfa, cache dans une cave. Dans ce quartier gangrené par le trafic de drogue et travaillé par l'islamisme radical, la jeune vétérinaire va se retrouver embarquée malgré elle dans un combat entre deux camps qui partagent la même culture de violence.

 

Mon ressenti :

Quartier des Izards à Toulouse, un quartier nord de la ville : Samia voit un jour son frère, dealer et chef de la cité ramener des chiens. Elle s'aperçoit qu'il y en a un qui a bien l'air mal en point, elle va donc les suivre et emmener le fameux chien chez le vétérinaire. Sergine Ollard est vétérinaire, elle reçoit un coup de téléphone d'une jeune fille lui demandant d'examiner un chien.Pourquoi y va t-elle ? Elle va se retrouver un soir, seule dans sa clinique après être aller le chercher à ses risques et périls.

Voilà un livre fort, violent, un sujet que l'on aimerait ne connaître que dans les livres mais qui nous ramène à bien des sujets d'actualité. Nous ne sommes plus chez des petits dealers, et si ils avaient envie de voir plus grand ?  En voyant plus grand, on se fait des ennemis. Guerre de quartiers, islamisme radical, pourquoi les Stups protège telle personne ? Pourquoi les policiers de quartier ne sont pas au courant de tout ? Nous suivons cette histoire d'un extrême réalisme, un sujet brûlant mais tellement d'actualité. Sergine se retrouve mêlée à une histoire, des codes et des règles qu'elle ne maîtrise pas du tout.

Sans aucun doute, nous ne sortons pas indemne d'une telle lecture, une réalité des banlieues, les règles mises en place par eux-mêmes, les manques de moyens des villes pour pouvoir gérer les problèmes, les dérapages qui peuvent en découler. Bref, hélas, c'est loin d'être une fiction.

 

Le chien arabe - Benoît SEVERAC - La Manufacture de livres 2016 - 284 pages.

 

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

Le dernier lapon d'Olivier TRUC

Publié le par Emma

Le dernier lapon d'Olivier TRUC

Quatrième de couverture :

Kautokeino, Laponie centrale, 10 janvier. Nuit polaire, froid glacial. Demain le soleil, disparu depuis 40 jours, va renaître. Demain entre 11h14 et 11h41, Klemet va redevenir un homme, avec une ombre. demain le centre culturel va exposer un tambour de chaman légué par un compagnon de Paul-Emile Victor.

Mais dans la nuit, le tambour est volé. Les soupçons iront des fondamentalistes protestants aux indépendantistes sami. La mort d'un éleveur de rennes n'arrange rien à l'affaire. La Laponie, si tranquille en apparence, va se révéler terre de conflits, de colères et de mystères.

Klemet, le Lapon, et sa jeune coéquipière Nina, enquêteurs de la police des rennes, se lancent dans une enquête déroutante. Mais à Kautokeino, on n'aime guère les vagues. Ils sont renvoyés à leur patrouillage en motoneige à travers la toundra, et à la pacification des éternelles querelles entre éleveurs de rennes.

Les mystères du 72è tambour vont les rattraper. Pourquoi en 1939 l'un des guides sami a-t-il confié à l'expédition française ce tambour, de quel message est-il porteur ? Que racontent les joïks traditionnels que chante le vieil oncle de Klemet ? Que vient faire en ville ce Français qui aime trop les très jeunes filles et qui a l'air de si bien connaître la géologie de la région ? A qui s'adresse les prières de la pieuse Berit ? Que cache la beauté sauvage d'Aslak, qui vie en marge du monde moderne avec sa femme à moitié folle ?

Mon ressenti :

Nous sommes en Laponie, et plus précisément à Kautokeino, un village sami au début du mois de janvier. Alors que le village a récupéré un tambour de chaman qu'il doit exposer, celui-ci est volé. En parallèle, un éleveur de rennes est retrouvé mort. Klemet et Nina vont s'atteler à l'enquête, ils font partie de la police des rennes. Nina n'est pas originaire du village elle vient d'arriver et fait équipe avec Klemet.

Il y a beaucoup de choses dans ce roman : les traditions de la Laponie et des éleveurs de rennes, les intérêts et développements actuels, la confrontation des deux ; les descriptions de la Laponie en plein hiver avec que quelques heures de soleil dans une journée, le dépaysement ; une enquête bien menée. Autant d'éléments qui en plus de l'enquête m'ont fait passer un excellent moment. Un livre qui traînait depuis bien longtemps sur ma PAL et je remercie Aifelle qui a parlé du deuxième et qui m'a donné des remords de l'avoir en sommeil depuis si longtemps. Je pense que je vais bientôt lire le prochain qui m'attend lui aussi.

 

Le dernier lapon - Olivier TRUC - Métailié 2012 - 453 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 > >>