Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les insurrections singulières de Jeanne BENAMEUR

Publié le par Emma

Les insurrections singulières de Jeanne BENAMEUR

Quatrième de couverture :

Décalé à l'usine comme parmi les siens, Antoine flotte dans sa peau et son identité, à la recherche d'une place dans le monde. Entre vertiges d'une rupture amoureuse et limites du militantisme syndical face à la mondialisation, il devra se risquer au plus profond de lui-même pour reprendre les commandes de sa vie.
Parcours de lutte et de rébellion, plongée au coeur de l'héritage familial, aventure politique intime et chronique d'une rédemption amoureuse, Les insurrections singulières est un roman des corps en mouvement, un voyage initiatique qui nous entraîne jusqu'au Brésil.

Mon ressenti :

Après avoir découvert il y a peu l'écriture de Jeanne Benameur avec Les demeurées, me voilà cette fois dans un autre univers.

Antoine doit retourner vivre chez ses parents à 40 ans, il a de moins en moins de travail dans l'entreprise dans laquelle il travaille, celle ci va être délocalisée au Brésil. Il n'a plus sa compagne, et en profite pour se poser de nombreuses questions existentielles. Il a intégré l'usine car son père y travaillait, mais sans véritable passion. Beaucoup de remise en question pour cet homme perdu qui va finir par faire la connaissance d'un voisin de ses parents.

Comme pour Les demeurées, une écriture facile, précise, je me suis attachée à cet homme, je l'ai lu très vite, c'est prenant. Beaucoup de thèmes abordés sur le travail, la délocalisation des entreprises, la solitude, la remise en question sur la vie qu'on a eu. Tous ces thèmes se mêlent pour une lecture très agréable, même si j'ai trouvé le contenu un peu facile sur la fin du livre.

Cependant, j'ai tellement été conquise par son écriture que je vais continuer à la lire.

 

Les insurrections singulières - Jeanne BENAMEUR - Actes Sud 2011 - 230 pages.

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article

Repost 0

Le vase où meurt cette verveine de Frédérique MARTIN

Publié le par Emma

Le vase où meurt cette verveine de Frédérique MARTIN

Quatrième de couverture :

Après cinquante-six ans d'un mariage fusionnel, la maladie de Zika la contraint à quitter Joseph et leur maison pour Paris. Hébergée chez leur fille, elle pourra plus aisément bénéficier de soins hospitaliers tandis que son mari, recueilli par leur fils, se languit loin d'elle, à Montfort. Dès lors les amants esseulés nourrissent une correspondance passionnée où chacun redécouvre ses enfants, leurs failles, leurs blessures et leurs reproches - les fruits amers d'un amour exclusif, tragiquement récoltés au soir de leur vie...

 

Mon ressenti :

Zika et Joseph sont dans l'obligation de quitter leur maison, en effet Zika doit aller se faire soigner à Paris, elle va donc aller chez sa fille. Cette dernière n'a qu'un petit appartement, Joseph va donc être dans l'obligation d' aller chez leur fils. Après tant d'années ensemble, à vivre côte à côte, ils vont devoir être séparés. Commence alors une correspondance entre les deux.

Je me suis régalée de cette lecture, cette correspondance est variée, de tout et de rien, mais aussi leurs vies ensemble, leur rencontre, leurs enfants, la manière dont ils les ont élevés, mais aussi des thèmes bien plus durs, plus sérieux.
C'est tour à tour charmant, drôle, désuet, anecdotique, plein d'amour, mais aussi dur, tragique, triste etc...

C'est avant tout une très belle histoire d'amour, je ne savais pas trop à quoi m'attendre et j'ai tout aimé, un livre qui fait du bien, un livre qui a des côtés très durs mais qui émane tout de même un côté tellement beau, positif.

Une belle lecture, une belle découverte pour cette auteure jamais lue et ça tombe bien car j'ai dans ma PAL, J'envisage de te vendre.

 

Le vase où meurt cette verveine - Frédérique MARTIN - Belfond 2012 - 221 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Seul le silence de R.J. ELLORY

Publié le par Emma

Seul le silence de R.J. ELLORY

Quatrième de couverture :

Joseph a douze ans lorsqu'il découvre dans son village de Géorgie le corps d'une fillette assassinée. Une des premières victimes d'une longue série de crimes. Des années plus tard, alors que l'affaire semble enfin élucidée, Joseph s'installe à New-York. Mais, de nouveau, les meurtres d'enfants se multiplient... Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante.

Mon ressenti :

C'est pour moi une première lecture de l'auteur.

Un petit village en Géorgie, le jeune Joseph va tomber un jour sur le corps d'une fillette morte. Elle a été assassinée et cela ne va pas s'arrêter là, des meurtres de petites filles vont continuer, dans les villages autour. Cette découverte va le hanter toute sa vie, cette dernière est loin d'être simple et facile. En effet, il va lui arriver pas mal de malheurs mais il ne va jamais se laisser abattre.

Une plongée dans cette Amérique profonde, les blessures d'un enfant qui va le hanter, une vie chahutée mais toujours la force de continuer, de se battre, de construire mais ne jamais oublier ces meurtres de petites filles jamais résolus.

Une lecture originale, dans le détail, la psychologie, la noirceur avec cette petite lumière qui est toujours là. Une livre très complet, des personnages fouillés, même si j'ai eu quelques passages à vide. Un auteur que je vais continuer à suivre sans aucun doute.

 

Seul le silence - R.J. ELLORY - Sonatine 2008 - 602 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

La femme aux fleurs de papier de Donato CARRISI

Publié le par Emma

La femme aux fleurs de papier de Donato CARRISI

Quatrième de couverture :

La nuit du 14 au 15 avril 1912, tandis que le Titanic sombrait au beau milieu de son voyage inaugural, un passager descendit dans sa cabine de première classe, revêtit un smoking et remonta sur le pont. Au lieu de chercher à sauver sa peau, il alluma un cigare et attendit la mort.

Le 14 avril 1916, dans les tranchées du mont Fumo, quatre ans jour pour jour après le naufrage du Titanic, un soldat italien est fait prisonnier. A moins qu'il ne révèle son nom et son grade, il sera fusillé le lendemain à l'aube. Jacob Roumann, médecin autrichien n'a qu'une nuit pour le faire parler. Mais le prisonnier veut diriger l'interrogatoire. Sa vie, décrète-t-il, tient non pas à une, mais à trois questions :

"Qui suis-je ?

Qui est Guzzmann ?

Et qui était l'homme qui fumait sur le Titanic ?"

De cet instant se noue entre les deux ennemis une alliance étrange autour d'un mystère qui a  traversé le temps et su défier la mort.

 

Mon ressenti :

Après le chuchoteur, nous voilà bien loin du thriller. Nous sommes en pleine guerre, en 1916, un soldat italien est fait prisonnier par les Autrichiens. Jacob Roumann, un médecin, va essayer de connaître son identité, son grade avant le lendemain matin. Commence alors une conversation, un lien se tisse entre les deux personnages car avant de lui donner son nom et son grade, il préfère lui raconter quelques histoires.

Entre le roman noir, le conte, plusieurs genres sont mêlés dans ce livre original, de quoi en décontenancer plus d'un car nous sommes bien loin du thriller. Je me suis laissée bercer par cette histoire, on se demande bien où il va nous mener, j'ai tout de suite accroché sans savoir où j'allais. Je l'ai lu assez vite, assez captivée par cette histoire hors norme, par contre je m'aperçois l'avoir oubliée bien vite car les détails se sont déjà effacés de ma mémoire.

Un bon moment de lecture, divertissante, originale, hors norme dans le genre, qui nous prouve que l'auteur sait aussi tisser une histoire entre le conte, le roman noir, l'épopée...

 

La femme aux fleurs de papier - Donato CARRISI - Calmann Lévy 2014 - 211 pages.

 

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article

Repost 0

Josephine Baker de CATEL & BOCQUET

Publié le par Emma

Josephine Baker de CATEL & BOCQUET

Quatrième de couverture :

"Vous savez, mes amis, que je ne mens pas quand je vous raconte que je suis entrée dans les palaces de rois et de reines, dans les maisons de présidents. Et bien plus encore. Mais je ne pouvais pas entrer dans un hôtel en Amérique et boire une tasse de café. Et cela m'a rendue furieuse. "

Joséphine Baker - Marche sur Washington, 28 août 1963.

 

Mon ressenti :

Je ne lis quasiment jamais de BD, par contre lorsque celle-ci est sortie, j'ai tout de suite voulue la lire, je ne connaissais que les très grandes lignes de la vie de Joséphine Baker, j'avais envie d'en savoir plus, et cela ma paraissait être le bon moyen.

Au fil de 460 pages, nous suivons la vie de Joséphine, de sa naissance dans un milieu pauvre, ses petits boulots adolescente, et son début de vie dans le cabaret, qui va la mener dans la monde entier, rencontrer de nombreuses personnes connues. Il y avait largement de quoi écrire sur cette femme au destin hors norme, drôle, bourrée de talent, pétillante et qui sait se mettre en avant. Une histoire qui se lit très vite, les dessins sont très précis et pleins de détails même si ils n'étaient pas forcément à mon goût. Ne connaissant que très peu de choses sur cette vie, j'en ai appris beaucoup mais cela reste tout de même très survolé. En effet, ceux qui connaissent bien sa vie vont peut-être être déçus et ne rien apprendre. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé, j'en ai appris suffisamment car je n'aurais pas lu une biographie, c'est donc entre les deux ; j'ai aussi beaucoup apprécié la chronologie qui nous retrace tous les événements importants avec les dates, puis des biographies de nombreuses personnes croisées, avec de très belles illustrations.

Un très beau livre que l'on m'a offert pour mon anniversaire et que je suis très contente d'avoir dans ma bibliothèque.

 

Joséphine Baker - CATEL & BOCQUET - Casterman Ecritures 2016 - 564 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0