Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

59 articles avec beaucoup aime

Seul le silence de R.J. ELLORY

Publié le par Emma

Seul le silence de R.J. ELLORY

Quatrième de couverture :

Joseph a douze ans lorsqu'il découvre dans son village de Géorgie le corps d'une fillette assassinée. Une des premières victimes d'une longue série de crimes. Des années plus tard, alors que l'affaire semble enfin élucidée, Joseph s'installe à New-York. Mais, de nouveau, les meurtres d'enfants se multiplient... Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante.

Mon ressenti :

C'est pour moi une première lecture de l'auteur.

Un petit village en Géorgie, le jeune Joseph va tomber un jour sur le corps d'une fillette morte. Elle a été assassinée et cela ne va pas s'arrêter là, des meurtres de petites filles vont continuer, dans les villages autour. Cette découverte va le hanter toute sa vie, cette dernière est loin d'être simple et facile. En effet, il va lui arriver pas mal de malheurs mais il ne va jamais se laisser abattre.

Une plongée dans cette Amérique profonde, les blessures d'un enfant qui va le hanter, une vie chahutée mais toujours la force de continuer, de se battre, de construire mais ne jamais oublier ces meurtres de petites filles jamais résolus.

Une lecture originale, dans le détail, la psychologie, la noirceur avec cette petite lumière qui est toujours là. Une livre très complet, des personnages fouillés, même si j'ai eu quelques passages à vide. Un auteur que je vais continuer à suivre sans aucun doute.

 

Seul le silence - R.J. ELLORY - Sonatine 2008 - 602 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Josephine Baker de CATEL & BOCQUET

Publié le par Emma

Josephine Baker de CATEL & BOCQUET

Quatrième de couverture :

"Vous savez, mes amis, que je ne mens pas quand je vous raconte que je suis entrée dans les palaces de rois et de reines, dans les maisons de présidents. Et bien plus encore. Mais je ne pouvais pas entrer dans un hôtel en Amérique et boire une tasse de café. Et cela m'a rendue furieuse. "

Joséphine Baker - Marche sur Washington, 28 août 1963.

 

Mon ressenti :

Je ne lis quasiment jamais de BD, par contre lorsque celle-ci est sortie, j'ai tout de suite voulue la lire, je ne connaissais que les très grandes lignes de la vie de Joséphine Baker, j'avais envie d'en savoir plus, et cela ma paraissait être le bon moyen.

Au fil de 460 pages, nous suivons la vie de Joséphine, de sa naissance dans un milieu pauvre, ses petits boulots adolescente, et son début de vie dans le cabaret, qui va la mener dans la monde entier, rencontrer de nombreuses personnes connues. Il y avait largement de quoi écrire sur cette femme au destin hors norme, drôle, bourrée de talent, pétillante et qui sait se mettre en avant. Une histoire qui se lit très vite, les dessins sont très précis et pleins de détails même si ils n'étaient pas forcément à mon goût. Ne connaissant que très peu de choses sur cette vie, j'en ai appris beaucoup mais cela reste tout de même très survolé. En effet, ceux qui connaissent bien sa vie vont peut-être être déçus et ne rien apprendre. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé, j'en ai appris suffisamment car je n'aurais pas lu une biographie, c'est donc entre les deux ; j'ai aussi beaucoup apprécié la chronologie qui nous retrace tous les événements importants avec les dates, puis des biographies de nombreuses personnes croisées, avec de très belles illustrations.

Un très beau livre que l'on m'a offert pour mon anniversaire et que je suis très contente d'avoir dans ma bibliothèque.

 

Joséphine Baker - CATEL & BOCQUET - Casterman Ecritures 2016 - 564 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

La fille du train de Paula HAWKINS

Publié le par Emma

La fille du train de Paula HAWKINS

Quatrième de couverture :

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : à 8h04 le matin, à 17h56 le soir. Et chaque jour elle observe, lors d'un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait. Heureux comme Rachel et son mari l'ont pu l'être par le passé, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne la quitte. Jusqu'au matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison ? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d'en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d'un visage désormais familier à la Une des journaux : Jess a mystérieusement disparu...

 

Mon ressenti :

Un livre qu'on a beaucoup vu sur les blogs avec des avis bien différents, j'ai eu envie de le lire puis moins, je suis passée par plusieurs stades, suite à l'avis de Sylire, je me suis dit qu'il pourrait bien me plaire.

Rachel prend le train tous les jours et s'invente une histoire avec les deux habitants d'une maison en particulier, elle connaît tout de cette maison, elle imagine une belle histoire d'amour entre les deux, ils sont un modèle pour elle, elle invente une profession, en gros, ils sont très amoureux, très heureux, parfaits. Jusqu'au jour où Jess, cette femme disparaît. Elle commence vraiment à essayer de reconstituer ce qu'il a pu se passer d'autant plus qu'elle avait vu peu de temps avant un autre homme avec Jess. Le problème est que Rachel a des trous de mémoire, quand elle boit elle ne se souvient de rien, elle essaie de combler ces trous.

J'ai été complètement happée par cette histoire, nous commençons par les trajets en train, ce qu'elle voit, ce qu'elle s'imagine. Puis nous avons le point de vue d'une autre femme, puis une autre qui est la remplaçante de Rachel et qui habite la même rue. Trois point de vue de femme qui nous raconte une histoire.

Le côté psychologique m'a beaucoup intéressée, Rachel qui habitait cette rue et qui était heureuse, qui boit beaucoup et qui a tout perdu. C'est à la fois addictif et terrifiant, on peut tout à fait s'identifier à ces femmes. Rachel qui est dépressive, alcoolique, il lui manque donc des pièces pour reconstituer ce qu'il s'est passé. Elle essaie donc d'aider la police pour retrouver cette femme disparue, mais comment être prise au sérieux lorsqu'on est dépressive et qu'on ne se souvient pas des choses.

J'ai tout de suite été accrochée par le début, l'écriture, et il m'a  tenu en haleine de bout en bout, en effet, difficile de la lâcher, ce qui tombait bien car j'avais du temps devant moi.

 

La fille du train - Paula HAWKINS - Sonatine 2015 - 453 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Le sourire étrusque de José Luis SAMPEDRO

Publié le par Emma

Le sourire étrusque de José Luis SAMPEDRO

Quatrième de couverture :

Un vieux paysan calabrais malade arrive chez son fils, à Milan, pour y subir des examens. Il déteste la vie dans le Nord, cette ville hostile et son ciel gris, mais c'est là qu'il découvre son dernier amour : son petit-fils, Bruno, qui porte le nom que ses camarades partisans lui avaient donné au temps du maquis.

Dans ce roman plein de tendresse, d'humour et d'émotion, l'approche de la mort, la vieillesse offrent encore de formidables moments de bonheur et d'apprentissage, qui mènent à la plénitude et à la sérénité si bien représentées par le fameux sourire étrusque.

Mon ressenti :

Un paysan doit faire des examens médicaux, comme il habite en pleine campagne, il se rend chez son fils à Milan. Milan est une ville qu'il n'aime pas, et il n'aime pas les milanais. Il s'installe donc chez son fils et sa belle-fille, dans un appartement en pleine ville. C'est vraiment difficile pour lui d'autant plus qu'il ne trouve pas ses repères et encore moins dans ce qu'il y a dans le réfrigérateur.

Il fait la connaissance de son petit-fils de treize mois, il l'avait oublié, en effet il a perdu sa femme il y a quelques mois et sa maladie en plus ...Son petit-fils est un véritable coup de coeur, celui-ci va être renforcé par le fait qu'il s'appelle Bruno, le même prénom qu'on avait donné au vieux dans le maquis.

Il va donc s'installer dans cet appartement et devoir prendre ses habitudes, il a un avis sur tout, jusqu'à l'éducation de l'enfant qui est forcément contraire aux parents.

Je me suis régalée, un sujet universel, le conflit de génération dans l'éducation des enfants, le monde complètement aseptisé de l'appartement dans lequel il loge. Il passe beaucoup de temps avec son petit fils, il veut en faire un homme et fait des amalgames avec le passé.

C'est un livre qui m'a fait sourire, qui m'a beaucoup touchée, qui est bien écrit, qui résonne chez beaucoup de personnes. Bref, une très belle histoire.

 

Le sourire étrusque - José Luis SAMPEDRO - Editions Métailié 1994 - 319 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Trente-six chandelles de Marie-Sabine ROGER

Publié le par Emma

Trente-six chandelles de Marie-Sabine ROGER

Quatrième de couverture :

Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, Mortimer Decime attend sagement la mort. En effet, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à 11 heures du matin, le jour de leur trente-six ans.

La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome de manque de pot ? Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d'une malédiction familiale ? Pas grand chose... sauf si le Destin et l' Amour ont décidé de rebattre les cartes.

 

Mon ressenti :

Tout débute le jour où Mortimer doit mourir, en effet dans la famille, tous les hommes ont disparu le jour de leur trente-six ans. Le sort semble s'acharner car même si certains ont essayé de ne rien faire ce jour là afin d'y échapper, cela n'a jamais marché. Au début du livre, nous avançons donc doucement dans cette dernière journée.

J'aime les livres de Marie-Sabine Roger, c'est simple mais en même temps, l'histoire est toujours originale, ses trouvailles en matière d'écriture me font toujours sourire. L'histoire n'est pourtant pas joyeuse cette fois-ci, la réflexion sur le dernier jour de sa vie, sur une malédiction familiale. C'est un livre plein d'humanité sur en quelque sorte un looser qui n'a jamais rien construit dans sa vie car résigné à partir. Encore une fois et comme toujours ça se lit vite, très vite, je suis toujours déçue de l'avoir terminé, j'en aurais bien lu plus. Je ne suis pas sûre d'en conserver beaucoup de choses mais j'ai encore pris un réel plaisir à la lire. Ce n'est pas mon préféré de l'auteur car la découverte de son écriture n'est plus là même si j'ai pris énormément de plaisir à le lire.

Un bon roman, distrayant mais en même temps avec des messages et des pistes de réflexion sous de l'humour.

 

Trente-six chandelles - Marie-Sabine ROGER - Editions du Rouergue 2014 - 279 pages.

 

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

La blonde en béton de Michael CONNELLY

Publié le par Emma

La blonde en béton de Michael CONNELLY

Quatrième de couverture :

Une jeune femme blonde vient d'être découverte coulée dans du béton. Quatre ans après l'enquête sur les meurtres du " Dollmaker", l'inspecteur Harry Bosch est traduit en justice. une avocate arriviste et teigneuse l'accuse d'avoir tué un innocent, et non le serial killer qu'il croyait pourtant avoir identifié. Bosch commence à douter -inquiet et déterminé, il reprend l'enquête depuis le début.

Mon ressenti :

C'est la première fois que je rencontre Harry Bosch, oui je sais, c'est pourtant un classique du genre, d'ailleurs j'en ai 4 dans ma PAL, il était donc temps que je m'y mette afin de savoir si je vais continuer à en acheter.

Harry Bosch est donc accusé d'avoir tué un innocent quatre ans plus tôt, en effet lors d'une affaire, il s'est rendu seul suite à une plainte d'une femme dans un appartement et a tué l'homme qui a fait un geste. Bosch est persuadé que c'était le tueur en série qu'il cherchait. Sa famille a porté plainte. Nous assistons donc au début du livre au procès, mais comme la police découvre en même temps une femme coulée dans le béton avec des procédés semblables à celui qui a été tué, Harry Bosch va devoir mener l'enquête en même temps que son procès et ressortir les vieux dossiers.

Pour une première rencontre, c'est une réussite, d'ailleurs j'étais sûre d'aimer pour en avoir autant en attente. Le procès est passionnant, l'enquête en parallèle aussi, ça se lit tout seul, aucune fausse note, tout semble complètement fluide et bien ficelé. C'est très efficace, je vais pouvoir donc continuer la série.

 

La blonde en béton - Michael CONNELLY - Seuil 1996 - 463 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Les douze tribus d'Hattie d'Ayana MATHIS

Publié le par Emma

Les douze tribus d'Hattie d'Ayana MATHIS

Quatrième de couverture :

Gare de Philadelphie, 1923. La jeune Hattie arrive de Géorgie en compagnie de sa mère et de ses soeurs pour fuir le Sud rural et la ségrégation. Aspirant à une vie nouvelle, forte de l'énergie de ses seize ans, Hattie épouse August. Au fil des années, cinq fils, six filles et une petite-fille naîtront de ce mariage. Douze enfants, douze tribus qui égrèneront leur parcours au fil de l'histoire américaine du XXème siècle. Cette famille se dévoile peu à peu à travers l'existence de ces fils et filles marqués chacun à leur manière par le fort tempérament de leur mère, sa froide combativité et ses secrètes failles.

 

Mon ressenti :

On débute en 1925, Hattie, jeune  mariée et jeune mère de famille va perdre ses jumeaux d'une pneumonie. Le premier chapitre donne le ton, comment va évoluer cette femme ? Que va-t-elle devenir après ce chagrin ? Elle va avoir 11 enfants qui vont  chacun nous dérouler un pan de leur existence tout au long du livre à un moment précis. C'est donc une partie de l'histoire de l'Amérique qui nous est contée, la ségrégation, la pauvreté, mais aussi un moment très précis d'un ou plusieurs enfants, ce qui permet d'aborder encore d'autres sujets très précis, comme l'homosexualité, la guerre du Vietnam... Par ce biais et de manière indirecte, nous en savons plus aussi sur la personnalité de cette mère.

Une construction très originale, très habile qui nous fait avoir une vue d'ensemble de cette famille. La construction est la force du roman même si j'aurais aimé recroiser les différents enfants au travers des chapitres, car ils n'apparaissent qu'une fois dans leurs chapitres, et tous à des périodes différentes. De cette manière nous déroulons l'Histoire de 1925 à 1980.

Un premier roman très fort, subtil, complet et original qui nous mène à avoir une vue d'ensemble sur cette femme et tout ce qu'elle a traversé au cours de ses années, un livre qui ne me semble pas avoir vu très souvent sur les blogs et qui aurait mérité d'être découvert.

 

Les douze tribus d'Hattie - Ayana MATHIS - Gallmeister 2014 - 311 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Six fourmis blanches de Sandrine COLETTE

Publié le par Emma

Six fourmis blanches de Sandrine COLETTE

Quatrième de couverture :

Le mal rôde toujours dans ces montagnes maudites. Mathias le sait, lui "le sacrificateur" chargé d'éloigner les mauvais esprits des villages. Bien sûr, ces superstitions font sourire Lou et ses compagnons, randonneurs impatients d'arpenter les crêtes enneigées. Et pourtant... Egarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de l'un d'entre eux, ils vont voir leurs certitudes se dissoudre, une à une, dans la peur.

 

Mon ressenti :

Alors qu'un nouveau roman vient de sortir, je continue ma découverte des livres de Sandrine Colette dans leur ordre de parution. Nous voilà ici à la montagne, nous alternons les chapitres, d'un côté Mathias et de l'autre des randonneurs.

Mathias continue à perpétrer les traditions, en effet il a un don, est respecté de tout le village et son rôle est de sacrifier des chèvres afin d'éloigner le mauvais esprit. Il va de maison en maison lors de naissance ou mariage afin de pouvoir choisir la "bonne" bête.

De l'autre côté,  Lou, 25 ans vient de gagner un voyage afin d'expérimenter un trek en Albanie avec son compagnon et quelques autres personnes. Ils n'y connaissent rien et vont devoir faire entièrement confiance en leur guide.

La part de la nature est belle dans les livres de Sandrine Colette, elle est toujours très présente et a toujours un rôle prépondérant. J'ai aimé l'alternance des chapitres, on suit deux histoires en parallèle. Nous sommes dans un milieu hostile, celui de la montagne, ses dangers pour des novices et tout ne va pas se passer comme prévu, le suspense monte crescendo. Peu à peu, la montagne devient le centre du roman. C'est noir, très noir, addictif, oppressant et comme les autres, ça se lit vite tellement on est accroché.

 

Six fourmis blanches - Sandrine COLLETTE - Denoël 2015 - 309 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Les gens dans l'enveloppe d'Isabelle MONNIN

Publié le par Emma

Les gens dans l'enveloppe d'Isabelle MONNIN

Quatrième de couverture :

En juin 2012, j'achète à un brocanteur sur internet un lot de 250 photographies d'une famille dont je ne sais rien. les photos m'arrivent dans une grosse enveloppe blanche quelques jours plus tard. Dans l'enveloppe il y des gens, à la banalité familière, bouleversante. Je décide de les inventer puis de partir à leur recherche. Un soir, je montre l'enveloppe à Alex. Il dit :" On pourrait aussi en faire des chansons, ce serait bien. " Les gens dans l'enveloppe, un roman, une enquête, des chansons.

Mon ressenti :

Isabelle Monnin achète un lot de photo sur internet, il lui vient l'idée d'écrire une histoire autour de ces personnes. Une fois l'histoire écrite, elle part à leur recherche.

Drôle d'idée, je suis passée par plusieurs étapes lors de ma lecture. Au début, je me suis demandée comment elle avait eu une telle idée, déjà j'ai appris qu'on pouvait acheter un lot de photos de famille. Rien que le concept d'acheter un lot de photos  de personnes que l'on ne connaît pas me dépasse.

Bref, j'ai lu avec plaisir cette histoire inventée, ça se lit facilement et vite car j'avais envie de lire la suite. Ces photos prennent vie sous la plume d'Isabelle Monnin, elle leur invente une vie : dans celle-ci, Laurence vit seule avec son père, sa mère est partie en Argentine avec un autre homme.

Une fois la fiction lue, on passe à la réalité, les recherches d'Isabelle afin de retrouver le village, les personnes, son ressenti, ses peurs. Elle finit par les retrouver et nous allons enfin connaître la vraie histoire, elle les rencontre petit à petit. Et là, ben j'ai pris conscience de sa démarche et elle a eu de la chance de tomber sur de telles personnes, car raconter sa vie à une inconnue me gêne un peu. Il me semble que ce qui m'a le plus gêné est de savoir que l'on peut acheter des photos de familles qui sont encore vivantes sur internet.

Le bilan est plutôt positif car c'est un livre qui m'intriguait, que j'avais envie de lire, c'est une histoire très originale,émouvante, de belles rencontres et une belle idée à la base. Une histoire qui se lit vite, je ne vous parle pas de la musique qui existe avec le livre car je ne l'ai pas écoutée.

 

Les gens dans l'enveloppe - Isabelle MONNIN  avec Alex BEAUPAIN - Lattès 2015 -  408 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Le liseur de 6h27 de Jean-Paul DIDIERLAURENT

Publié le par Emma

Le liseur de 6h27 de Jean-Paul DIDIERLAURENT

Quatrième de couverture :

"Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. Ca nous fait drôlement du bien.

Ca va bientôt faire un an que Josette et moi, on vient vous écouter tous les lundis et jeudis matin."

Sur le chemin du travail, Guylain lit aux passagers du RER de 6h27 quelques pages rescapées de livres voués à la destruction. Ce curieux passe-temps va l'amener à faire la connaissance de personnages hauts en couleur qui cherchent, eux aussi, à réinventer leur vie.

Mon ressenti :

Voilà bien longtemps que je n'avais pas eu du temps pour moi et pour lire, alors pour me relancer il me fallait une lecture simple, un livre qui fasse du bien.

Guylain vit seul avec son poisson rouge, il  travaille dans une entreprise qui détruit les livres, tous les matins en allant travailler, il lit quelques pages dans le RER à voix haute. Il a une existence plutôt simple, mais il va rencontrer des personnages plutôt originaux.

Voilà une lecture qui fait du bien, j'ai adoré suivre l'existence de ce Guylain, son quotidien agrémenté de ces personnages qui ont pour certains des occupations plutôt spéciales. Je me suis demandé où l'auteur allait chercher tout ça. Je n'en écris pas plus car j'ai découvert au fur et à mesure de ma lecture et je l'ai quitté à grand regret.

Un livre qui m'a fait penser à ceux de Marie-Sabine Roger.

 

Le liseur de 6h27 de Jean-Paul DIDIERLAURENT - Au Diable vauvert 2014 - 193 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 > >>