Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La blonde en béton de Michael CONNELLY

Publié le par Emma

La blonde en béton de Michael CONNELLY

Quatrième de couverture :

Une jeune femme blonde vient d'être découverte coulée dans du béton. Quatre ans après l'enquête sur les meurtres du " Dollmaker", l'inspecteur Harry Bosch est traduit en justice. une avocate arriviste et teigneuse l'accuse d'avoir tué un innocent, et non le serial killer qu'il croyait pourtant avoir identifié. Bosch commence à douter -inquiet et déterminé, il reprend l'enquête depuis le début.

Mon ressenti :

C'est la première fois que je rencontre Harry Bosch, oui je sais, c'est pourtant un classique du genre, d'ailleurs j'en ai 4 dans ma PAL, il était donc temps que je m'y mette afin de savoir si je vais continuer à en acheter.

Harry Bosch est donc accusé d'avoir tué un innocent quatre ans plus tôt, en effet lors d'une affaire, il s'est rendu seul suite à une plainte d'une femme dans un appartement et a tué l'homme qui a fait un geste. Bosch est persuadé que c'était le tueur en série qu'il cherchait. Sa famille a porté plainte. Nous assistons donc au début du livre au procès, mais comme la police découvre en même temps une femme coulée dans le béton avec des procédés semblables à celui qui a été tué, Harry Bosch va devoir mener l'enquête en même temps que son procès et ressortir les vieux dossiers.

Pour une première rencontre, c'est une réussite, d'ailleurs j'étais sûre d'aimer pour en avoir autant en attente. Le procès est passionnant, l'enquête en parallèle aussi, ça se lit tout seul, aucune fausse note, tout semble complètement fluide et bien ficelé. C'est très efficace, je vais pouvoir donc continuer la série.

 

La blonde en béton - Michael CONNELLY - Seuil 1996 - 463 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Les douze tribus d'Hattie d'Ayana MATHIS

Publié le par Emma

Les douze tribus d'Hattie d'Ayana MATHIS

Quatrième de couverture :

Gare de Philadelphie, 1923. La jeune Hattie arrive de Géorgie en compagnie de sa mère et de ses soeurs pour fuir le Sud rural et la ségrégation. Aspirant à une vie nouvelle, forte de l'énergie de ses seize ans, Hattie épouse August. Au fil des années, cinq fils, six filles et une petite-fille naîtront de ce mariage. Douze enfants, douze tribus qui égrèneront leur parcours au fil de l'histoire américaine du XXème siècle. Cette famille se dévoile peu à peu à travers l'existence de ces fils et filles marqués chacun à leur manière par le fort tempérament de leur mère, sa froide combativité et ses secrètes failles.

 

Mon ressenti :

On débute en 1925, Hattie, jeune  mariée et jeune mère de famille va perdre ses jumeaux d'une pneumonie. Le premier chapitre donne le ton, comment va évoluer cette femme ? Que va-t-elle devenir après ce chagrin ? Elle va avoir 11 enfants qui vont  chacun nous dérouler un pan de leur existence tout au long du livre à un moment précis. C'est donc une partie de l'histoire de l'Amérique qui nous est contée, la ségrégation, la pauvreté, mais aussi un moment très précis d'un ou plusieurs enfants, ce qui permet d'aborder encore d'autres sujets très précis, comme l'homosexualité, la guerre du Vietnam... Par ce biais et de manière indirecte, nous en savons plus aussi sur la personnalité de cette mère.

Une construction très originale, très habile qui nous fait avoir une vue d'ensemble de cette famille. La construction est la force du roman même si j'aurais aimé recroiser les différents enfants au travers des chapitres, car ils n'apparaissent qu'une fois dans leurs chapitres, et tous à des périodes différentes. De cette manière nous déroulons l'Histoire de 1925 à 1980.

Un premier roman très fort, subtil, complet et original qui nous mène à avoir une vue d'ensemble sur cette femme et tout ce qu'elle a traversé au cours de ses années, un livre qui ne me semble pas avoir vu très souvent sur les blogs et qui aurait mérité d'être découvert.

 

Les douze tribus d'Hattie - Ayana MATHIS - Gallmeister 2014 - 311 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Sur ma peau de Gillian FLYNN

Publié le par Emma

Sur ma peau de Gillian FLYNN

Quatrième de couverture :

La ville de Wind Gap dans le Missouri est sous le choc : une petite fille a disparu. Déjà l'été dernier, une enfant avait été sauvagement assassinée...

Une jeune journaliste, Camilla Preak, se rend sur place pour couvrir l'affaire. Elle-même a grandi à Wind Gap. Mais pour Camille, retourner à Wind Gap, c'est réveiller de douloureux souvenirs. A l'adolescence, incapable de supporter la folie de sa mère, Camille a gravé sur sa peau les souffrances qu'elle n'a pu exprimer. Son corps n'est qu'un entrelacs de cicatrices...

On retrouve bientôt le cadavre de la fillette. Très vite, la Camille comprend qu'elle doit puiser en elle la force d'affronter la tragédie de son enfance si elle veut découvrir la vérité...

Mon ressenti :

Après Les lieux sombres, je me replonge dans l'univers de Gilian Flynn.

Camilla Preak est journaliste, elle doit retourner dans son village d'enfance afin d'y enquêter sur la disparition d'une petite fille. Son patron veut que ce soit elle qui enquête car elle y connaît un certain nombre de personnes, elle va d'ailleurs s'allier avec le policier du coin qui n'est pas né dans cette ville afin de s'échanger des informations. Son retour chez elle est un sacré effort car elle va replonger dans son enfance.

Bien loin des rebondissements, nous sommes plutôt dans un suspense très lent, Camilla revient dans sa famille, et c'est la psychologie très complexe de ces personnages qui va mettre en évidence bien des choses. Un bon suspense, c'est violent, pas de scènes violentes physiques mais plutôt au niveau psychologique, c'est angoissant. Nous passons l'essentiel du temps  dans cette famille tourmentée, malsaine et violente, (Camilla est parti vivre chez sa mère le temps de l'enquête). J'ai beaucoup aimé, mais le vécu de Camilla pourrait être dérangeant pour certaines personnes et peut-être trop violent.

 

Sur ma peau - Gillian FLYNN - LGF 2014 - 379 pages.

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article

Repost 0

Providence de Valérie TONG CUONG

Publié le par Emma

Providence de Valérie TONG CUONG

Quatrième de couverture :

Une secrétaire exploitée, un amoureux transi sous le joug de sa maîtresse capricieuse, une brillante avocate dont la couleur de peau empêche l'avancement, un vieil homme seul atteint d'un cancer fulgurant... Tous ces personnages vont voir leur vie basculer grâce aux petits événements que la "Providence" jette sur leur passage.

 

Mon ressenti :

Après Noir dehors, je plonge encore une fois dans l'univers de Valérie Tong Cuong.

Une construction assez semblable de celui que j'ai lu de l'auteure, des courts chapitres qui nous présentent un personnage. Ils ne se connaissent pas, n'ont aucuns rapports, ils évoluent chacun dans leur quotidien mais des petits détails vont bouleverser la donne.

Inutile de vous raconter l'histoire, une construction habile et bien menée, des personnages variés et un petit roman qui m'a fait passer un très bon moment. C'est un petit livre, et pourtant, il se passe beaucoup de choses, un livre sur notre société, sur les gens, leur solitude, leur malheur, la lâcheté de certains.

J'ai encore été happée par son écriture, il me faut continuer à découvrir l'auteur et avec des romans plus récents, car je la croise beaucoup sur les blogs avec toujours des avis assez enthousiastes. Ce ne sera donc pas ma dernière rencontre.

 

Providence - Valérie TONG CUONG - Stock 2008 - 179 pages.

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article

Repost 0

Six fourmis blanches de Sandrine COLETTE

Publié le par Emma

Six fourmis blanches de Sandrine COLETTE

Quatrième de couverture :

Le mal rôde toujours dans ces montagnes maudites. Mathias le sait, lui "le sacrificateur" chargé d'éloigner les mauvais esprits des villages. Bien sûr, ces superstitions font sourire Lou et ses compagnons, randonneurs impatients d'arpenter les crêtes enneigées. Et pourtant... Egarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de l'un d'entre eux, ils vont voir leurs certitudes se dissoudre, une à une, dans la peur.

 

Mon ressenti :

Alors qu'un nouveau roman vient de sortir, je continue ma découverte des livres de Sandrine Colette dans leur ordre de parution. Nous voilà ici à la montagne, nous alternons les chapitres, d'un côté Mathias et de l'autre des randonneurs.

Mathias continue à perpétrer les traditions, en effet il a un don, est respecté de tout le village et son rôle est de sacrifier des chèvres afin d'éloigner le mauvais esprit. Il va de maison en maison lors de naissance ou mariage afin de pouvoir choisir la "bonne" bête.

De l'autre côté,  Lou, 25 ans vient de gagner un voyage afin d'expérimenter un trek en Albanie avec son compagnon et quelques autres personnes. Ils n'y connaissent rien et vont devoir faire entièrement confiance en leur guide.

La part de la nature est belle dans les livres de Sandrine Colette, elle est toujours très présente et a toujours un rôle prépondérant. J'ai aimé l'alternance des chapitres, on suit deux histoires en parallèle. Nous sommes dans un milieu hostile, celui de la montagne, ses dangers pour des novices et tout ne va pas se passer comme prévu, le suspense monte crescendo. Peu à peu, la montagne devient le centre du roman. C'est noir, très noir, addictif, oppressant et comme les autres, ça se lit vite tellement on est accroché.

 

Six fourmis blanches - Sandrine COLLETTE - Denoël 2015 - 309 pages.

 

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Profession du père de Sorj CHALANDON

Publié le par Emma

Profession du père de Sorj CHALANDON

Quatrième de couverture :

"Mon père disait qu'il avait été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d'une église pentecôtiste américaine et conseiller du général de Gaulle jusqu'en 1958. Un jour, il m'a dit que le Général l'avait trahi.

Son meilleur ami était devenu son pire ennemi.

Alors mon père m'a annoncé qu'il allait  tuer de Gaulle. Et il m'a demandé de l'aider. Je n'avais pas le choix.

C'était un ordre.

J'étais fier.

Mais j'avais peur aussi...

A 13 ans, c'est drôlement lourd un pistolet."

S. Ch.

 

Mon ressenti :

En 1961, Emile a douze ans. Il vit avec son père et sa mère. Avoir un père lorsqu'on a douze ans qui dit avoir exercé plusieurs métiers pourrait plutôt faire rêver un petit garçon, il lui raconte des anecdotes sur ses métiers. Mais lorsque ce père violent, paranoïaque et mythomane le mêle à la politique, cela devient très gênant. Se servir de son fils pour remettre des lettres de menace dans une boîte aux lettres, le frapper, le priver de repas etc...La mère est passive, effacée et du coup certainement consentante de cette violence infligée.

J'ai aimé jusqu'à présent tout ce que j'ai lu de l'auteur, celui-ci bien évidemment confirme ce que je pensais. Nous suivons Emile et nous demandons bien jusqu'où cela va aller, cette candeur de l'enfant qui est persuadé du bien fondé des dires de son père. Les conséquences aussi une fois adulte. Sorj Chalandon nous raconte ce petit garçon avec pudeur, son évolution, ses désillusions et les conséquences une fois adulte. Un livre fort, poignant, triste mais tellement bien écrit.

 

Profession du père - Sorj CHALANDON - Grasset 2015- 282 pages.

Publié dans Que je n'oublierai pas

Partager cet article

Repost 0