Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Meurtres pour rédemption de Karine GIEBEL

Publié le par Emma

Meurtres pour rédemption de Karine GIEBEL

Quatrième de couverture :

Tous les soirs se ressemblent, les nuits aussi. Et les jours, c'est pareil.

A quoi se raccrocher alors ?

Là, au coeur de la perpétuité.

Marianne, vingt ans.

Les miradors comme unique perspective, les barreaux pour seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière.

Une vie entière à écouter les grilles s'ouvrir puis se renfermer.

Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l'univers carcéral sans pitié où elle affronte la haine, les coups, les humiliations.

Aucun espoir de fuir cet enfer. Ou seulement dans ses rêves les plus fous.

Elle qui s'évade parfois, grâce à la drogue, aux livres, au bruit des trains.

Grâce à l'amitié et à la passion qui l'atteignent en plein coeur de l'enfermement.

Pourtant, un jour, l'inimaginable se produit. Une porte s'ouvre.

On lui propose une libération... conditionnelle.

"La liberté Marianne, tu dois en rêver chaque jour, chaque minute, non ?"

Oui. Mais le prix à payer est terrifiant.

Pour elle qui n'aspire qu'à la rédemption...

 

Mon ressenti :

Marianne n'a que 21 ans et a déjà vécu pas mal de choses. Elle a tué plusieurs personnes, elle est donc en prison, perpétuité, elle sait qu'elle va y passer le restant de sa vie. Nous l'accompagnons donc dans sa vie quotidienne en prison, une vie répétitive, rude. Elle trouve tout de même des moyens de distraction. Les gardiennes ne sont pas toutes aussi gentilles que Justine avec laquelle elle s'entend plutôt bien, ainsi que le responsable, Daniel. Il  y a souvent des bagarres entre détenues, des vengeances, heureusement Marianne a fait du karaté et sait riposter.

Puis, un jour, un espoir de sortie, une proposition, une lueur...

Après Juste une ombre, c'est pour moi une deuxième lecture de l'auteure. J'ai été un peu déstabilisée  au début car c'est violent et même très violent. Bon d'accord nous sommes dans une prison, on ne va donc  pas s'attendre à du gentillet mais tout de même. Une fois habituée à cette violence, j'ai passé un bon moment. Une première partie nous présente sa vie en prison, le quotidien, son histoire. Puis suite à un espoir de sortie, la seconde partie s'accélère, plus d'actions et toujours autant de violence. Le rythme est beaucoup plus rapide, tout s'enchaine jusqu'au dénouement d'une histoire dont on ne sort pas indemne. Je pense que cette jeune fille va me rester longtemps dans la tête, une histoire bien loin des contes de fées.

 

Meurtres pour rédemption de Karine GIEBEL - Fleuve Noir 2006 - 767 pages.

Je participe donc avec ce livre au pavé de l'été chez Brize.

Meurtres pour rédemption de Karine GIEBEL

Publié dans beaucoup aimé

Partager cet article

Repost 0

Balade dans le Tarn

Publié le par Emma

Aujourd'hui je vous emmène dans le Tarn, un département très riche, entre Albi qui est une ville que j'aime beaucoup, Cordes sur Ciel qui est un village magnifique et que vous avez peut-être visité après son élection au plus beau village de France, bref, le département regorge d'endroits typiques, mais je vous parle de deux petits villages : Castelnau de Montmiral et Puycelsi.

Tout d'abord Castelnau de Montmiral : ses pierres, ses maisons à colombage, sa place aux Arcades...

 

(Cliquer sur les photos pour les avoir en grand format, même si je trouve que la qualité des photos n'apparaît pas géniale, je ne suis pas très forte en montage et cela aurait trop long de vous les mettre les unes à la suite des autres...)

Castelnau de Montmiral
Castelnau de Montmiral
Castelnau de Montmiral

Castelnau de Montmiral

Puis, à une petite quinzaine de kilomètres, nous voici à Puycelsi, petit village perché sur un piton rocheux. Ses pierres, ses remparts, ses fleurs, son calme....Nous y étions un dimanche après-midi et nous étions plutôt très tranquilles, bon il faut préciser qu'il devait faire aux alentours des 38 degrés....

Puycelsi
Puycelsi
Puycelsi
Puycelsi

Puycelsi

Pour ma part, j'ai une petite préférence pour Puycelsi, les pierres sont magnifiques, l'architecture aussi, il est très fleuri, calme et en position dominante avec vue sur la vallée.

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

Accès direct à la plage de Jean-Philippe BLONDEL

Publié le par Emma

Accès direct à la plage de Jean-Philippe BLONDEL

Quatrième de couverture :

Rien ne relierait ces personnages s'ils n'avaient le goût des locations à la mer. Ils se sont croisés dans l'épice particulière des soirs d'été. Les couples, les familles, les célibataires qui nous ont précédés. Ceux d'avant.

Le lecteur, avec Jean-Philippe Blondel, éprouve lui aussi le sentiment d'être à la suite de quelqu'un, une empreinte qui s'attarde...

 

Mon ressenti :

Les vacances au bord de la mer à différentes époques : Capbreton en 1972, Hyères en 1982, Perros-Guirec en 1992 et enfin Arromanches en 2002. A chaque destination et époque, nous faisons la connaissance de personnes, des portraits qui sonnent justes comme souvent avec Jean-Philippe Blondel. Des tranches de vie, des anecdotes, des rencontres, des personnalités qui vont se croiser.

Petit à petit, les liens se tissent. Certaines personnes se croisent, évoluent au fil des années. Même si je me suis aperçue que je ne retenais pas tant que cela les livres de cet auteur ; au moment de la lecture, ils me plaisent toujours. Il a l'art de décrire des situations simples trouvant toujours une narration intéressante, les petits détails nécessaires, l'art du mot juste. On se reconnait toujours dans certaines situations ou descriptions.

Une construction originale pour ce petit roman, dans lequel, petit à petit les pièces du puzzle vont se mettre en place.
 

Accès direct à la plage - Jean-Philippe BLONDEL - Editions Delphine Montalant 2003 - 118 pages.

 

Publié dans Bien aimé

Partager cet article

Repost 0

Rien n'est trop beau de Rona JAFFE

Publié le par Emma

Rien n'est trop beau de Rona JAFFE

Quatrième de couverture :

Lorsqu'il fut publié en 1958, Rien n'est trop beau provoqua l'engouement de millions de lectrices américaines. Elles s'identifièrent à ces jeunes secrétaires venues d'horizons différents, employées dans une grande maison d'édition new-yorkaise, dont les rêves et les doutes reflétaient ceux de toute une génération de femmes. Si la ville semble leur offrir d'infinies possibilités professionnelles et amoureuses, chacune -l'ambitieuse, la naïve, le rêveuse...- doit se battre avec ses armes pour se faire une place dans un monde d'hommes.

Mon ressenti :

New-York au début des années cinquante, nous allons suivre de jeunes américaines qui vont découvrir le monde du travail, l'amour.

Le 02 janvier 1952, Caroline Bender commence son nouveau et premier emploi aux éditions Fabian, elle remplace une des trois personnes parties en fin d'année. Nous entamons le livre sur sa première journée dans ce bâtiment moderne de cinq étages.

April Morrison, vient de finir ses études, ses parents lui donne 500 dollars afin de découvrir New-York, mais l'argent file vite, elle décide donc de trouver un travail afin de rester dans la ville. Elle se présente à des castings pour devenir actrice ou mannequin mais s'aperçoit bien vite qu'il y a énormément de monde, il va donc falloir qu'elle trouve autre chose et va donc se présenter aux Editions Fabian.

Greg Adams, vit elle aussi à New-York, elle a un petit rôle dans un feuilleton matinal.

Barbara Lemont est séparée, a un bébé et vit avec sa mère.

Nous allons donc suivre la vie de ces jeunes filles qui commencent à travailler, les ambitions qu'elles ont, les possibiltés de carrière mais surtout comment elles doivent s'imposer dans un  monde de machos. En plus du travail, elles sont en recherche d'amour et surtout dans ces années, en quête d'un mari.

Nous avons une belle galerie et surtout un présentation de la vie des femmes dans ces années, même si quelquefois elles nous paraissent maintenant un peu dépassées, j'ai beaucoup aimé cette immersion qui réflète (je pense) bien toute une époque.

Voilà un livre que j'ai trouvé il y a peu dans une foire aux livres, je ne le connaissais absolument pas, ni l'auteur, ni le titre et j'ai passé un bon moment de lecture avec cette plongée dans les années 50.

 

Je participe avec ce livre au pavé de l'été chez Brize

Rien n'est trop beau - Rona JAFFE - Robert LAFFONT 1960 - 2011 pour la présente édition - 669 pages.

Rien n'est trop beau de Rona JAFFE

Publié dans Bien aimé

Partager cet article

Repost 0