Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites de Marc LEVY

Publié le par Emma

 

 9782221110003-1-.gif

Qutatrième de couverture : 

Quelques jours avant son mariage, Julia reçoit un coup de fil du secrétaire particulier de son père. Comme elle l'avait pressenti, Anthony Walsh - homme d'affaires brillant, mais père distant - ne pourra pas assister à la cérémonie.

Pour une fois, Julia reconnaît qu'il a une excuse irréprochable. Il est mort. Julia ne peut s'empêcher de voir là un dernier clin d'oeil de son père, qui a toujours eu un don très particulier pour disparaître soudainement et faire basculer le cours de sa vie.

Le lendemain de l'enterrement, Julia découvre que son père lui réserve une autre surprise. Sans doute, le voyage le plus extraordinaire de sa vie... et peut-être pour eux deux l'occasion de se dire, enfin, toutes le schoses qu'ils ne se sont pas dites.

 

Mon ressenti : 

J'ai lu pas mal de Marc Lévy et pourtant je ne suis pas fan du tout... J'avais beaucoup aimé le premier et Où es-tu, et ensuite de moins en moins. Comme je suis très curieuse de savoir ce qui se lit énormément j'ai continué à en lire sans pour autant forcément comprendre cet engouement...

Pour celui-là, c'est comme d'haitude, ça se lit très bien mais je ne trouve pas cela mémorable. L'histoire est, il est vrai, originale mais le côté romantique m'a un peu dérangée, je ne suis pas fan de ce genre.Je n'ai dons pas été complètement convaincue comme souvent mais je l'ai lu en entier.

En aparté, je ne comprends pas pourquoi on le compare toujours à Guillaume Musso car je préfère de loin les livres de Guillaume Musso que je trouve nettement plus aboutis et intéressants.

Publié dans A oublier

Commenter cet article

Géraldine 12/10/2011 18:47


C'est avec ce titre que j'ai commencé à ne plus accrocher avec Levy, malgré d'autres essais. Et parfaitement d'accord avec ton dernier paragraphe !


Emma 13/10/2011 09:11



Ca fait un petit moment que j'ai lâché, ma curiosité me perdra !! Bien contente de voir que quelqu'un est d'accord avec moi entre Lévy et Musso, je me croyais seule au monde à penser cela.