Ceux de Menglazeg de Hervé JAOUEN

Publié le par Emma

 

 9782258089884-1-.gif

Quatrième de couverture

 

1982, au hameau de Menglazeg, au coeur des montagnes Noires de Cornouaille.

En rentrant du travail, Sylviane, dix-huit ans, croit apercevoir sous les remous de l'Aulne en crue le toit d'une voiture où pourraient se trouver, noyés, sa mère, son petit frère et sa petite soeur. Réalité atroce ou illusion suscitée par des remords confus que la jeune fille ne peut ni ne veut formuler ?

Au cours de la nuit, la réponse va peu à peu émerger du passé, jusqu'à la révélation d'un secret de famille stupéfiant.

 

Mon ressenti

 

C'est la quatrième tome d'une série mais ils  peuvent se lire indépendamment.

Pourquoi Sylviane pense t-elle que la voiture de sa mère peut être dans l'Aulne ?

Que s'est-il passé pour qu'elle puisse penser à une telle chose ?

Au début du livre on nous raconte aussi les jeunes années de sa mère et j'ai apprécié, l'écriture, c'est drôle,  les descriptions sont très imagées et je me suis régalée.

Je n'ai pas pour habitude de mettre des extraits mais une fois n'est pas coutume, je me permets de mettre un petit passage car je pense que ce style d'écriture ne convient pas à tout le monde.

P 27 :

"Les vieilles écartèrent plus franchement leurs rideaux quand la mariée descendit du car, belle et rose comme une truie habillée par un grand couturier.

- Celle-là au moins, on voit qu'elle n'a pas eu faim, commentèrent-elles.

Les plus méchantes parleraient d'épouvantail à moineaux fabriqué aux Champs-Elysées : sur ces formes rebondies devant et derrière, sur toute cette chair, regardez donc cette robe cheuc'h  ; enrichie [....]d'un mantelet en satin [.....]

Le bouquet, c'était une capeline de la taille d'un couvercle de lessiveuse, mais ramolli au chalumeau, qu'elle portait relevé sur le front pour ne pas être aveuglée, si bien que le couvre-chef lui flagadadassait dans le dos, couvrant ses omoplates à la façon d'un sombrero sur le dos d'un gaucho."

 

 

Il n'y a pas que cela dans le livre il y aussi  et surtout l'histoire de Sylviane et l'apparition petit à petit du drame qu'il s'est passé.

Le lieu où se déroule l'action, déjà la Bretagne, terre de légendes et là un petit hameau pas très loin de Quimper avec cette fameuse rivière qui passe près de chez eux.

Les personnages habitant ce lieu sont atypiques, et un peu "sauvages".

Même si on devine assez vite le problème, ce livre se lit très bien, car tout est réunit pour qu'on se régale, les descriptions, les personnages et le lieu.

Un bon moment de lecture, c'est le deuxième livre que je lis d'Hervé Jaouen, j'avais déjà beaucoup aimé Hopital souterrain qui avait eu le Grand Prix de littérature policière en 1990.

Publié dans beaucoup aimé

Commenter cet article

Yv 15/03/2012 15:10

J'ai adoré ce bouquin, la langue de Jaouen, les personnages qu'il décrit tendres, grotesques, terribles. J'ai un second tome qui m'attend.

Emma 17/03/2012 16:59



J' ai beaucoup aimé aussi, surtout son écriture. Hâte de lire ton article sur ta prochaine lecture de lui.



Alex-Mot-à-Mots 15/03/2012 13:22

Un auteur de polars qui a l'air intéressant. Je note.

Emma 17/03/2012 16:58



Il n'écrit pas que des polars, je n'en ai lu que 2 et au vu de la quantité de livres qu'il a écrit c'est peu.