J'envisage de te vendre (J'y pense de plus en plus) de Frédérique MARTIN

Publié le par Emma

J'envisage de te vendre (J'y pense de plus en plus) de Frédérique MARTIN

Quatrième de couverture :

Tu vas reconnaître les papiers peints, les rues pavillonnaires et les temples d'achat, ta campagne bucolique et ton quotidien. Ta femme, ton mari, ta mère ne sont pas loin ; tout te semblera familier. Oui, ça se passe près de chez toi, mais les choses ont mal tourné.
On peut désormais te séquestrer, te forcer à jouer, orienter tes choix ou décider à ta place. On peut aussi envisager de te vendre. Mais pas que. Tu aimes te faire peur pourvu qu'à la fin tout se termine bien ? Tu verras, on en a tenu compte
.

 

Mon ressenti :

Après Le vase où meurt cette verveine lu il y a peu, il me fallait lire autre chose de l'auteure.
Voilà donc son dernier livre paru début 2016, une série de 12 nouvelles.

Douze nouvelles différentes, des sujets variés mais avec un fil conducteur, et toujours le même ton, quelques situations qui peuvent paraître aberrantes alors qu'en y réfléchissant nous en sommes peut-être pas si loin. Ce ton parfois drôle, ironique, cruel qui mène monsieur et madame tout le monde dans un monde décalé, déphasé, dans lequel nous sommes embarqués.
Comme toujours avec les nouvelles, il y a celles que l'on préfère. Pour moi, ma préférée est la première :

Le désespoir des roses : A 25 ans il est temps de couper les ponts avec sa maman et le personnage principal décide de la vendre avec son fauteuil. Ton décalé, ironique qui prête à sourire alors que le sujet est plutôt odieux. Quelles conséquences ?

Mais il n'y a pas que cette nouvelle, j'en ai aimé beaucoup d'autres comme Remugles, Rue des bons voisins, Le pompon de Mickey, Le fruit de nos entrailles.
Bienvenue dans un nouveau monde avec de nouvelles règles, pas si nouveaux car nous nous identifions très bien aux personnages des nouvelles et aux situations, c'est ce qui est peut-être le plus déroutant.

Au final, j'ai beaucoup apprécié ces histoires, le ton employé et les sujets qui vont parler à tout à chacun, cet aperçu de ce qui nous attend peut-être.

 

J'envisage de te vendre (j'y pense de plus en plus) - Frédérique MARTIN - Belfond 2016 - 220 pages.

Publié dans beaucoup aimé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jerome 23/08/2017 12:27

J'ai aimé la tonalité très acide de ces nouvelles.

Emma 23/08/2017 13:33

Exercice pas facile, et je les ai toutes aimées quasiment, c'est assez rare.

keisha 23/08/2017 08:18

J'ai moyennement aimé la verveine, mais ces nouvelles m'ont l'air bien (et à 25 ans, première nouvelle, mais quel âge a sa mère?)

Emma 23/08/2017 10:37

A voir alors, j'ai vraiment beaucoup aimé la verveine, alors difficile de dire si elles pourraient te plaire. ( bien vu pour l'âge, je n'y ai même pas pensé :))

Philippe D 22/08/2017 21:55

Ça tombe bien : j'envisageais justement de vendre ma femme !!!
Je ne connais pas du tout, mais comme j'aime les nouvelles, pourquoi pas?

Emma 23/08/2017 10:35

Lol, tu en tirerais peut-être un bon prix :) Je pense que tu pourrais aimer.

Noukette 22/08/2017 17:09

Frédérique Martin excelle dans l'art difficile de la nouvelle, j'ai beaucoup aimé !

Emma 22/08/2017 17:13

C'est assez rare en effet que j'aime tout.

Aifelle 22/08/2017 11:27

J'avais beaucoup aimé ce recueil de nouvelles ; tu me fais penser que je voulais continuer avec un autre titre. (le temps ... le temps ...)

Emma 22/08/2017 17:10

Oui, on en est tous au même point :), si tu as l'occasion Le vase où meurt cette verveine m'a beaucoup plu.