Grossir le ciel de Franck BOUYSSE

Publié le par Emma

Grossir le ciel de Franck BOUYSSE

Quatrième de couverture :

Abel but son verre d'un trait et se leva. Il se tenait face à Gus, tout raide, comme une espèce de bestiole qui ne voudrait pas être repérée dans un décor hostile, puis il planta ses yeux dans ceux de Gus après un silence qui ne rendait service à personne et il dit :

- Tu veux que je te dise vraiment le fond de ma pensée ?

- Je t'écoute.

- Le diable, il habite pas les enfers, c'est au Paradis qu'il habite.

 

Entre Alès et Mende, au milieu des Cévennes, un lieu-dit appelé Les Doges, deux fermes éloignées de quelques centaines de mètres, de grands espaces, des montagnes, des forêts, de la neige une partie de l'année, deux hommes, un chien, un fusil, quelques mots, des silences et de la roche pour poser le tout.

 

Mon ressenti :

Gus vit au lieu-dit Les Doges dans les Cévennes, dans une ferme, il y est seul avec son chien. Il aurait du vivre une journée comme tant d'autres mais en ce jour du mois de janvier, alors qu'il allume la télé, il apprend que l'Abbé Pierre est décédé. Cette nouvelle le touche alors qu'il ne s'est jamais intéressé à l'homme avant.

Nous vivons au jour le jour avec Gus, nous sommes dans son quotidien, ses pensées. Même si je ne connais pas du tout l'endroit, les descriptions sont tellement précises que nous y sommes .

"La ferme de Gus était pinquée dans la partie la plus haute des Doges, à une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau du Pont-de-Monvert. Elle était constituée de vieux bâtiments, de terre cultivées et de taillis acoquinés en forêt de châtaigniers, de pins, de chênes, de hêtres et de mélèzes, pour l'essentiel. (...) Il faudrait dire qu'entre Les Doges et le village les kilomètres ne duraient pas pareil, selon qu'on était en bonne ou en mauvaise saison. Les distances, dans ce coin-là, c'est du temps,  pas des mètres."

Je n'ai pas pour habitude de retranscrire des citations mais ici, elles sont extrêmement précises et justes et je pourrais en mettre un certain nombre. L'écriture me touche, les mots sont bien choisis et réflète en même temps la dureté du climat, du travail et du personnage.

Gus, en effet, vit seul, dans cet endroit perdu . Il a pour seul voisin, Abel, qui  lui aussi vit seul. Ils se voient de temps en temps, pour des coups de main. Gus peut donc paraître rustre, dur, froid, et pourtant nous pouvons voir qu'il dispose aussi de jugeote, de répartie et surtout de coeur.

Pour ce qui est de l'histoire, sans rien dévoiler, j'ai suivi cet homme dans son quotidien, dans ce paysage. J'en ai appris plus sur sa vie, des petits riens de la vie mais des choses plus importantes, des bouleversements. Tour à tour, j'ai souri, j'étais dans cet endroit perdu, mais surtout j'ai été émue par ce personnage.

Oui, il y a des personnges capables de nous émouvoir, de nous toucher, de sonner juste, tellement juste que le coeur se serre. De plus, l'histoire est forte, et  belle jusqu'au bout.

 

Si je n'ai pas réussi à vous convaincre les avis de : Aifelle, Jérôme, A sauts et à gambades.

 

Grossir le ciel - Franck BOUYSSE - La Manufacture de livres 2015 - 199 pages.

 

Publié dans Que je n'oublierai pas

Commenter cet article

Philippe D 30/07/2015 21:26

Je ne connais pas mais je viens de lire l'avis (moins favorable) d'Anne-Sophie...

Emma 31/07/2015 09:28

Je l'ai lu aussi, ce n'est pas du tout un polar, si je m'étais attendu à en lire aussi j'aurais été déçue. Bonne journée.

Noukette 28/07/2015 22:35

Je crois qu'il me le faut...!!

Emma 29/07/2015 05:56

Ah oui, je crois aussi :)

Anne Sophie 28/07/2015 21:24

Je suis en plein dedans !!!

Emma 29/07/2015 05:55

J'ai hâte de connaître ton avis, en espérant que tu auras aimé autant que moi.

monpetitchapitre 28/07/2015 18:04

Très tentant, il est noté! Et c'est bien car ton billet n'en dit pas trop, je ne sais pas trop à quel type d'histoire m'attendre.

Emma 29/07/2015 05:55

Merci, j'aime bien de ne pas trop savoir à quoi m'attendre, c'est pour cela que je lis souvent les articles des blogs en diagonale.

Aude 28/07/2015 16:12

je ne connaissais pas , c'est bien tentant.

Emma 29/07/2015 05:52

Je l'ai vu sur d'autres blogs, au plaisir de lire ton avis un jour.

keisha 28/07/2015 13:43

Argh, je suis de plus en plus tentée (que fait ma bibli?)

Emma 29/07/2015 05:51

Il va falloir qu'elle se bouge en effet ta bibli :), j'espère pouvoir lire bientôt ton avis.

Matthieu Gloiret 28/07/2015 12:40

"La ferme de Gus était pinquée ...
J'ai cherché la définition de 'pinquée' que je n'ai pas trouvé. C'est du patois?

Emma 28/07/2015 12:55

Ah je l'ai cherché aussi celui-là, si ma source est bonne : patois corrézien qui veut dire : "rester debout à attendre", avez-vous trouvé la même ?

Matthieu Gloiret 28/07/2015 12:40

trouvée

Aifelle 28/07/2015 09:05

Ah c'est donc celui-là ! je m'attendais à un Mingarelli ;-) J'ai beaucoup aimé, tu le sais, l'atmosphère est prenante, les personnages hauts en couleurs et ça prend aux tripes (l'enfance de Gus). Vivement le prochain.

Emma 28/07/2015 11:26

Je note tellement de livres que ce soit chez toi ou Jérôme et bien d'autres, la palette de choix était large. J'espère vraiment que c'est un livre dont on va encore beaucoup parler car il le mérite. Je ne sais pas quand sera le prochain, d'ailleurs je crois qu'il est présent à un salon pas loin de chez moi bientôt.

jerome 28/07/2015 09:00

C'est vraiment un texte magnifique et j'adore le titre, qui prend tout son sens dans les dernières lignes.

Emma 28/07/2015 11:23

Un vrai coup de coeur, j'ai tout aimé, et en effet le titre qui vient dans les dernières lignes : magnifique.